Nouveau
Image
13063027.jpg

Proust et les signes

05/02/2014

Résumé

Le mot « signe » est un des mots les plus fréquents de la Recherche, notamment dans la systématisation finale qui constitue Le Temps retrouvé. La Recherche se présente comme l’exploration des différents mondes de signes, qui s’organisent en cercles et se recoupent en certains points. Car les signes sont spécifiques et constituent la matière de tel ou tel monde. On le voit déjà dans les personnages secondaires : Norpois et le chiffre diplomatique, Saint-Loup et les signes stratégiques, Cottard et les symptômes médicaux. Un homme peut être habile à déchiffrer les signes d’un domaine, mais rester idiot dans tout autre cas : ainsi Cottard, grand clinicien. Bien plus, dans un domaine commun, les mondes se cloisonnent : les signes des Verdurin n’ont pas cours chez les Guermantes, inversement le style de Swann ou les hiéroglyphes de Charlus ne passent pas chez les Verdurin. L’unité de tous les mondes est qu’ils forment des systèmes de signes émis par des personnes, des objets, des matières ; on ne découvre aucune vérité, on n’apprend rien, sinon par déchiffrage et interprétation.
L’œuvre de Proust n’est pas un exercice de mémoire, volontaire ou involontaire, mais, au sens le plus fort du terme, une recherche de la vérité qui se construit par l’apprentissage des signes. Il ne s’agit pas de reconstituer le passé mais de comprendre le réel en distinguant le vrai du faux.

EAN
9782130630272
Nombre de Pages
228
Hauteur
19
Largeur
12.5
Poids version papier
186

Avant-propos

Première partie – Les signes
Les types de signes
Signe et vérité
L’apprentissage
Les signes de l’art et l’Essence
Rôle secondaire de la mémoire
Série et groupe
Le pluralisme dans le système des signes
Conclusion. L’image de la pensée

Seconde partie – La machine littéraire
Antilogos
Les boîtes et les vases
Niveaux de la Recherche
Les trois machines
Le style

Conclusion. — Présence et fonction de la folie : l’Araignée

 

14,00 €
Disponible

Nos recommandations

Image
13083429.jpg

Métaphysique, livre Gamma

Métaphysique, livre Gamma

Dans le livre Gamma de la Métaphysique, Aristote met en œuvre le programme exposé dans les deux précédents livres du recueil : il y définit la philosophie, cette « science première » qu’ont recherchée sans succès ses prédécesseurs, comme la science qui « contemple ce qui est

Le psychodrame chez l'enfant

Le psychodrame chez l'enfant

Une préface inédite de l'auteur présente cet essai paru il y a une trentaine d'années et dont le sujet connaît un regain d'intérêt.Ce livre constitue un instrument de travail au service de ceux qui veulent entreprendre des cures ou des explorations psychodramatiques.
Image
13058335.jpg

L'érotisme

L'érotisme

L'érotisme expose et fait exploser la sexualité dans toutes ses dimensions, de l'obscène au sublime. Picasso proclame : « l'art et le sexe, c'est la même chose ». Duchamp monte d'insolites mises à nu sous le signe de Rrose Sélavy (Éros, c'est la vie).

Image
13062061.jpg

Paradoxes et situations limites de la psychanalyse

Paradoxes et situations limites de la psychanalyse

"Ce livre est le fruit de réflexions qui ont cheminé depuis une dizaine d'années au contact de patients réputés difficiles, souvent étiquetés "états-limites" ou "psychotiques" au sein de la nosographie psychanalytique." René Roussillon a largement contribué par ses travaux à la théorie de la prat

Image
13056859.jpg

L'éducation morale

L'éducation morale

Ce cours sur L'éducation morale est le premier cours sur la Science de l'Éducation que Durkheim ait fait à la Sorbonne, en 1902-1903. Il l'avait, dès longtemps, ébauché dans son enseignement à Bordeaux.
Image
13085778.jpg

Nous ne savons plus croire

Nous ne savons plus croire

Quoi que nous pensions, nous continuons d’appartenir à notre siècle par les croyances et par le fait de ne plus croire – ou de ne pas donner notre confiance au monde. Cette foi pourtant vitale semble nous être aujourd’hui interdite.

Image
13078599.jpg

Critique de la raison pratique

Critique de la raison pratique

Publiée en 1788, la Critique de la raison pratique s’inscrit dans le prolongement de la Critique de la raison pure (1781) et des Fondements de la métaphysique des mœurs (1785).
Image
13047781.jpg

Max Weber et les dilemmes de la raison moderne

Max Weber et les dilemmes de la raison moderne