Une histoire juridique de l'Occident (III-IXe siècle) - Soazick Kerneis - Nouvelle Clio - Format Physique et Numérique | PUF  

Une histoire juridique de l'Occident (III-IXe siècle)

Image
Une histoire juridique de l'Occident (IIIe-IXe siècle)
Une histoire juridique de l'Occident (III-IXe siècle)
Sous-titre: 
Le droit et la coutume
Auteur: 
Collection: 
Discipline: 
Catégorie: 
Livre
Date de parution: 
14/03/2018
33,00 €
Article attaché: 
Disponible
Livraison en France métropolitaine uniquement.

Librairie la plus proche

Expéditeur

Documents complémentaires à cet ouvrage

PlusPUF: 

Résumé

Cette histoire juridique de l’Occident, dans une perspective anthropo­logique, prend en compte un espace et un temps élargis. L’espace est celui de l’Europe de l’ouest, qui relevait de Rome et de son droit. Le temps, celui de l’Empire des derniers siècles jusqu’à l’orée de ce Moyen Âge que Georges Duby disait « classique ». Cette période a été considérée par Peter Brown comme une longue Antiquité tardive et, dans le domaine juridique, certains éléments semblent aller dans ce sens : la survivance des codes impériaux, la constitution d’un premier droit de l’Église, le maintien d’une pratique formulaire, les calques romains dans les lois dites « barbares » et les échos d’Isidore de Séville jusqu’en Irlande. Mais le droit romain des abrégés du code ou des formulaires est un droit populaire, qui compose avec des pratiques provinciales, et si le droit qu’établit l’Église au IVsiècle respecte celui de la res publica, il n’en est pas moins une nouveauté. Les lois barbares s’efforcent d’adapter les coutumes des nations aux exigences de l’ordre impérial : la permanence de l’Antiquité en droit, surtout dans le nord de l’Europe, est peut-être plus une illusion de forme qu’une réalité de fond. C’est ainsi que tous ces courants confluent pour former un droit vivant qui, à travers ses déclinaisons multiples, peut être qualifié d’« européen ».


Caractéristiques

Nombre de pages: 
478
Code ISBN: 
978-2-13-058782-8
Numéro d'édition: 
1
Format
15 x 21.7 cm

Sommaire

Table des matières: 

Chapitre 1. Ius et Iustitia aux IVe-Ve siècles (Aude Laquerrière-Lacroix)

I – L’Empire des IVe-Ve siècles, appareil institutionnel et juridique
A – Centralisme et périphéries
B – Partitio imperii et partage législatif
C – Droit et fiscalité : une interaction
D – La « centralité du droit » dans l’Empire chrétien

II – La production du droit
A – La législation des IV-Ve siècles
B – Le processus de codification

III – Les ajustements du ius : quelques orientations
A – Le droit de la famille dans l’Empire chrétien
B – Le droit des successions : jalons d’une évolution
C – Le droit des contrats : remarques sur l’évolution des donations et des ventes
D – Le droit des biens : partage législatif, intérêts du fisc, politiques impériales
E – Le droit pénal entre rigueur de la répression et clémence du Prince

IV – La mémoire du droit
A – L’insinuation des actes (insinuatio apud acta)
B – L’enseignement du droit. Les Ecoles impériales

V – La sanction du droit
A – Les institutions judiciaires
B – Le procès aux IV-Ve siècles

Chapitre 2. Lex Christi – Réalités et diversité de la conversion chrétienne (Aram Mardirossian)

I – Un douloureux enfantement (IVe-Ve siècles)
A – L’Orient subordinatianiste : tout commence à Antioche
B – L’Occident nicéen : une abondance

II – Une croissance polymorphe (VIe-VIIe siècle)
A – L’Empire romain « continué » : les collections plutôt que les canons
B – L’Occident « barbare » : les canons plutôt que le pape

Chapitre 3. Vox divi et vox populi, la pluralité des droits (Soazick Kerneis)

I – La romanité universelle
A – L’édit et ses limites
B – Comment peut-on être Romain ?

II – Droit provincial et droit populaire
A – Présence de la loi romaine
B – Le pôle indigène de l’acculturation

III – Droit impérial et droit coutumier
A – Les curies et le fisc
B – L’empire des armes
C – Justice militaire et coutume civile

Chapitre 4. Leges barbarorum – La création des lois des nations (Jean-Pierre Poly)

I – Les barbares des lois des nations
A – Justiciables barbares
B – Juges barbares

II – La romanité des lois des nations
A – Les premières lois et l’empire
B – Les établissements des rois

 
Chapitre 5. Vigor actorum – La mise en forme romanisante de la pratique (Alexandre Jeannin)

I – La survivance de techniciens du droit
A – Les professionnels de l’écrit
B – Techniques et mise en œuvre pratique : à la recherche de modèles

II – Une pratique entre conservatisme et innovation
A – L’importance de l’écrit
B – Une perte de technicité du droit

Chapitre 6. Ius septentrionalis – La diversité juridique dans les îles Britanniques (Christophe Archan)

I – Une voie originale, l’Irlande
A – Le droit écrit et ses auteurs
B – Le procès

II – Le droit anglo-saxon
A – Le droit des premiers siècles (VIIe-IXe siècle)
B – Alfred (871-899) et ses successeurs

Chapitre VII. La coutume, entre le ciel des idées et le gouvernement des hommes
(Soazick Kerneis & Jean-Pierre Poly)
I – La consuetudo et le bon gouvernement
A – la coutume et les provinces
B – Les transformations de la coutume

II – La loi d’éternité
A – Les catégories du droit gentilice
B – La justice par estimation
C – Outre les estimations

Chapitre VIII. Le fantôme de la liberté ou La formulation juridique des divisions sociales (Soazick Kerneis & Jean-Pierre Poly)

I – Rome et le pouvoir de vie et de mort
A – Maître et père
B – La misère des libres pauvres

II – Libertés coutumières et servitudes contractuelles
A – Confrontation des modèles
B – De la servitude au « servagisme »

Autour de l'auteur

Autour de l'ouvrage: 

Soazick Kerneis est professeur à l’université Paris-Nanterre et y dirige le Centre d’histoire et d’anthropologie du droit.

Elle a coordonné le travail d’une équipe d’historiens du droit, membres ou proches de ce centre : Christophe Archan (université Paris-Nanterre), Alexandre Jeannin (université de Bourgogne), Aude Laquerrière-Lacroix (université de Reims Champagne-Ardenne), Aram Mardirossian (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et École pratique des hautes études) et Jean-Pierre Poly (université Paris-Nanterre).