Théorie des sentiments moraux - Adam Smith - Quadrige - Format Physique et Numérique | PUF  

Théorie des sentiments moraux

Image
Théorie des sentiments moraux
Théorie des sentiments moraux
Auteur: 
1 commentaire(s)
Collection: 
Discipline: 
Catégorie: 
Livre
Date de parution: 
21/05/2014
21,00 €
Article attaché: 
Disponible
Livraison en France métropolitaine uniquement.

Librairie la plus proche

Expéditeur

Résumé

« Pour traiter des principes de la morale, il faut examiner deux questions.
Premièrement, en quoi consiste la vertu ? Ou encore, quels sont le tempérament et la ligne de conduite qui constituent le caractère excellent et digne d’éloge, ce caractère qui est l’objet naturel de l’estime, de l’honneur et de l’approbation ?
Secondement, par quel pouvoir ou faculté de l’esprit ce caractère, quel qu’il soit, nous est-il recommandé ? Ou, en d’autres termes, comment et par quel moyen se fait-il que l’esprit préfère une ligne de conduite à une autre, nomme l’une bonne et l’autre mauvaise, tienne l’une pour l’objet de l’approbation, de l’honneur et de la récompense, et l’autre pour celui du blâme, de la censure et du châtiment ? »


Cet ouvrage est le grand frère méconnu de La richesse des nations, son pendant éthique. Adam Smith s’interroge ici sur le fait qu’un même individu puisse, dans certaines situations, manifester des comportements égoïstes où prime l’intérêt personnel alors que, dans d’autres situations, il se révèle agir « sous le regard d’un spectateur impartial », conformément à une morale inspirée par la communauté. Adam Smith en tire l’idée personnelle qu’il faut établir une distinction entre l’économique et la morale. L’égoïsme domine la sphère économique tandis que la vie sociale est conduite par « les sentiments moraux ». Cette réflexion philosophique préfigure son approche individualiste de l’économie de marché.


Caractéristiques

Nombre de pages: 
504
Code ISBN: 
978-2-13-063037-1
Numéro d'édition: 
3
Format
12.5 x 19 cm

Sommaire

Table des matières: 

Introduction, par M. Biziou, C. Gautier, J.-F. Pradeau


Première partie – De la convenance de l’action
Section 1. Du sens de la convenance
Section 2. Des degrés des différentes passions qui s’accordent avec la convenance
Section 3. Des effets de la prospérité et de l’adversité sur le jugement des hommes concernant la convenance de l’action ; et pourquoi il est plus facile d’obtenir leur approbation dans le premier état que dans le second


Deuxième partie – Du mérite et du démérite ; ou des objets de la récompense et du châtiment
Section 1. Du sens du mérite et du démérite
Section 2. De la justice et de la bienfaisance
Section 3. De l’influence de la Fortune sur les sentiments du genre humain, quant au mérite ou au démérite des actions


Troisième partie – Du fondement de nos jugements concernant nos propres sentiments et notre propre conduite, et du sens du devoir


Quatrième partie – De l’effet de l’utilité sur le sentiment d’approbation


Cinquième partie – De l’influence de la coutume et de la mode sur les sentiments de l’approbation et de la désaprobation morales


Sixième partie – Du caractère de la vertu
Section 1. Du caractère de l’individu dans la mesure où il affecte son propre bonheur ; ou de la prudence
Section 2. Du caractère de l’individu dans la mesure où il peut affecter le bonheur des autres
Section 3. De la maîtrise de soi


Septième partie – Des systèmes de philosophie morale
Section 1. Des questions qui doivent être examinées dans une théorie des sentiments moraux
Section 2. Des différentes explications qui ont été données de la nature de la vertu
Section 3. Des différents systèmes qui ont été formés concernant le principe de l’approbation
Section 4. De la manière dont les différents auteurs ont traité des règles pratiques de la moralité

Autour de l'auteur

Autour de l'ouvrage: 

Adam Smith (1723-1790), philosophe et économiste libéral écossais, est le fondateur de l’économie politique.


Traduction, introduction et notes de Michaël Biziou, Claude Gautier, Jean-François Pradeau.

Avis et commentaires

A ceux qui croient que l'économie est la gestion rationnelle de ressources rares, Adam Smith apporte ici la démonstration brillante que ce n'est pas le cas. Il montre que ce qui est sous-tendu dans le besoin d'acquisition de biens matériels, c'est le regard de l'autre, ce besoin irrationnel d'être envié par les autres. Et de ça, on n'est jamais rassasié. On assiste donc à un immense jeu de dupe, chacun se mentant à lui-même. Un livre qui résonne d'une façon étrangement moderne...

Comments

A ceux qui croient que l'économie est la gestion rationnelle de ressources rares, Adam Smith apporte ici la démonstration brillante que ce n'est pas le cas. Il montre que ce qui est sous-tendu dans le besoin d'acquisition de biens matériels, c'est le regard de l'autre, ce besoin irrationnel d'être envié par les autres. Et de ça, on n'est jamais rassasié. On assiste donc à un immense jeu de dupe, chacun se mentant à lui-même. Un livre qui résonne d'une façon étrangement moderne...