Revue historique 2017, n° 683 - - Revue historique - Format Physique et Numérique | PUF  

Revue historique 2017, n° 683

Image
Revue historique 2017, n° 683
Revue historique 2017, n° 683
Aucun commentaire pour le moment
Collection: 
Discipline: 
Catégorie: 
Revue
Date de parution: 
23/08/2017
28,00 €
Article attaché: 
En rupture
Livraison en France métropolitaine uniquement.

Librairie la plus proche

Expéditeur

Résumé

Fondée en 1876 par Gabriel Monod, la Revue historique couvre l’ensemble de la discipline historique, de l’Antiquité à nos jours, dans les différents champs de la recherche, de l’économique au politique, du social au religieux, du matériel au culturel. Elle publie sur un rythme trimestriel des articles de fonds totalement inédits, d’auteurs français et étrangers, ainsi que de nombreux comptes rendus d’ouvrages. Elle fonde son identité sur un rapport méthodique aux sources tout autant qu’un recours aux sciences humaines et sociales qui participent d’un renouvellement des approches historiques, et son comité éditorial veille à la qualité scientifique en ayant recours tant à l’expertise des meilleurs spécialistes internationaux qu’à celle des jeunes historiens prometteurs.


Caractéristiques

Nombre de pages: 
256
Code ISBN: 
978-2-13-078851-5
Numéro de tome: 
683
Numéro d'édition: 
1
Format
15.5 x 24 cm

Sommaire

Table des matières: 

ARTICLES

Hélène Débat, Les premiers notaires de Béziers (dernier tiers du XIIe siècle)
Alain Provost, La carrière de Simon Festu : un clerc au service de l’État monarchique sous le règne de Philippe le Bel
Thomas Fouilleron, Homme de goût ou goût de prince ? Jacques Ier de Monaco (1689-1751) amateur de peinture
Claude Michaud, Les relations franco-autrichiennes dans la seconde moitié du XVIIIe siècle ou les faux semblants du renversement des alliances
Aïcha Salmon, Médiatiser le divorce à la Belle Époque. Le courrier des lecteurs du Matin en 1908

Autour de l'auteur

Autour de l'ouvrage: 

Revue dirigée par Claude GAUVARD, professeur émérite à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et Jean-François SIRINELLI, professeur des universités à l’Institut d’études politiques de Paris

Avis et commentaires