Proust ou le réel retrouvé - Anne Simon - Ecriture - Format Physique et Numérique | PUF  

Proust ou le réel retrouvé

Image
Proust ou le réel retrouvé
Proust ou le réel retrouvé
Sous-titre: 
Le sensible et son expression dans "à la recherche du temps
Auteur: 
Aucun commentaire pour le moment
Collection: 
Discipline: 
Catégorie: 
Livre
Date de parution: 
01/11/2000
11,66 €
Article attaché: 
Disponible
Livraison en France métropolitaine uniquement.

Librairie la plus proche

Expéditeur

Résumé

"La recherche" n'est pas seulement l'histoire d'une vocation, elle est aussi celle de la quête d'une réalité qui se révèle être l'origine et le terme de l'écriture. Pourtant le récit semblait stigmatiser une série de désillusions démontrant la platitude d'une réalité opposée aux désirs et aux mythes intimes. Il y a donc chez Proust deux conceptions divergentes du réel.

Cette étude qui part du constat d'un chiasme entre fantasme et sensible dans les pages liminaires du roman, s'est centrée sur la redéfinition proustienne de la sensation et de la réalité. Déconsidérées par les versants idéalistes et symbolistes de la philosophie et de la littérature du tournant du siècle, celles-ci sont réhabilitées par Proust qui annonce les ultimes réflexions de Merleau-Ponty sur le monde sensible.

Les notions de "sillon", de "réseau" ou "d'engainement" s'imposent, le schème de la profondeur joue un rôle essentiel dans cette nouvelle approche du réel. Caractérisant l'activité de l'artiste, le "plongeur" proustien, la profondeur fonde aussi sa perception des spectacles sensibles, avec disparition de la dichotomie surface / intériorité.

Un nouveau style apparaît : l'écrivain invente une esthétique de la surimpression qui lui permet de mettre à jour l'essence du sensible défini comme entre-deux dynamique, manifestation fluctuante d'une profondeur sous-jacente, entre être et non-être, visible et invisible, présent et passé.

La recherche suggère ainsi l'entrelacement du langage et du sensible : Proust permet à la littérature de retrouver ses pouvoirs référentiels, sans souscrire à la conception classique imitative de la "mimesis".


Caractéristiques

Nombre de pages: 
288
Code ISBN: 
978-2-13-051150-2
Numéro d'édition: 
1
Format
13.5 x 21.5 cm

Sommaire

Table des matières: 

Introduction

  Du « réel immobile » au « réel retrouvé »

  Portrait de Proust en phénoménologue

  Points de vue-images du monde

PREMIÈRE PARTIE DE L’ESSENCE À LA RÉALITÉ

Chapitre I – La crise des dualismes

  L’alternative insoluble : entre subjectivisme et objectivisme

  Les insuffisances de l’intelligibilité

  Proust héritier ?

  « L’essence » dans Le Temps retrouvé : un idéalisme obsolète

    Temps et essence

    Un vacillement entre être et non-être

    De la permanence à l’empiétement

    Relativisme psychologique et certitude ontologique

Chapitre II – Deleuze et les signes

  La sensibilité du signe artistique

    De la Berma comme image

    ... à la Berma comme incarnation du sens

  Critique de l’essence et du signe proustiens selon Deleuze

    L’essence, un « Point de vue [trop] supérieur » ?

    L’opposition deleuzienne entre le matériel et le spirituel

    Objet, sens et signe

DEUXIÈME PARTIE EXISTENCE + IMAGINATION = RÉALITÉ

Chapitre I – Au cœur du réel : mirages et croyances

  Erreur des sens et vérité ontologique

  Du monde fragmenté au monde total

  Les croyances, socle de la vocation

    Mort du Bois, mort du Moi

    « Vous n’avez plus rien à me dire » : mutisme de la réalité et stérilité poétique

Chapitre II – L’arche et la chair

  De la claustration à la dilatation

    « Des viscères mystérieusement éclairés »

    Du « fauteuil magique » à la barque enchantée

  « Le temps incorporé »

TROISIÈME PARTIE SURIMPRESSIONS SENSIBLES ET STYLISTIQUES

Chapitre I – Horizons de la profondeur

  Courbures ineffables du réel et « descriptions » sensibles

    Courbes sonores ou visuelles

    Le rayon différentiel

  Épiphanies de la profondeur

    La couleur en instance

    Précipité aérien : visibilité et pesanteur

    Frayages maritimes : transparence et profondeur

  La fin de la dichotomie surface-profondeur

  De la profondeur à la surimpression

Chapitre II – Une esthétique de la surimpression

  Jeux surimpressifs : « comme reviennent les choses dans la vie »

  Une poétique de l’empiétement

    L’architecture de l’émotion : l’ogive vénitienne

    Une « figure idéale » : le temps des salons

  Le réel entre palimpseste et réseau : l’impossible herméneutique

Conclusion

  Nature, liberté, histoire : le réel sacrifié ?

  Le silence au cœur de la référence

Index

Autour de l'auteur

Autour de l'ouvrage: 

Anne SIMON est ancienne élève de l'Ecole normale supérieure, agrégée de lettres et docteur ès-lettres. Elle enseigne la littérature française à l'Université de Paris III - Sorbonne Nouvelle. Elle a publié de nombreux articles sur Proust

Avis et commentaires