Nietzsche. Un continent perdu - Bernard Edelman - Perspectives critiques - Format Physique et Numérique | PUF  

Nietzsche. Un continent perdu

Image: 
Nietzsche. Un continent perdu
Auteur: 
Aucun commentaire pour le moment
Discipline: 
Catégorie: 
Livre
Date de parution: 
01/11/1999
21,50 €
Article attaché: 
Disponible
Livraison en France métropolitaine uniquement.

Librairie la plus proche

Expéditeur

Résumé

Nietzsche ne cesse de recommencer, de reprendre, d'enrichir les généalogies du bien, du mal, du moi, de la conscience ... peut-il y avoir un "début" lorsque tout recommence, une "origine" lorsqu'on récuse une pensée de l'Etre, un point de départ quand on postule le devenir ?

On pourrait envisager une multiplicité d'origines, chez Nietzsche tout se tient, telle est la difficulté essentielle : comment tout dire en commençant quelque part ?

La question n'est pas de savoir où commence Nietzsche mais plutôt quel est le lieu d'où partent toutes les généalogies ? quel est le lieu où aboutissent toutes les généalogies ?

Nietzsche commence en physicien poursuit en biologiste et achève en anthropologue

Pour Nietzsche tout est "biologique", mais cette biologie est immédiatement politique puisqu'elle s'organise en signes, en institutions en système moral et religieux

Bref ou bien l'homme chrétien et ses succédanés, la démocratie, la solidarité, le grégarisme, le libéralisme ou bien l'homme biologique, et une nouvelle organisation de la société. On a haî Nietzsche d'avoir osé pensé ainsi, d'avoir anticipé l'eugénisme, critiqué l'hypocrisie des valeurs démocratiques. On lui a reproché sa cohértence et d'avoir déduit toutes les conséquences sociales, politiques, morales de l'homme biologique. Nous en bons démocrates ne pensons pas ainsi nous oeuvrons en faveur des droits de l'homme en faveur de l'égalité, mais seulement sous l'alibi d'une science au service de l'égalité et de l'humanité, nous introduisons l'inégalité, sous le couvert d'une bioéthique chargée de metre des limites à la biologie, nous lui ouvrons tout l'espace. Nous autres bons démocrates sommes formalistes, ce qui nous donne bonne conscience !

Extrait de l'introduction


Caractéristiques

Nombre de pages: 
384
Code ISBN: 
978-2-13-050406-1
Numéro d'édition: 
2
Format
13.5 x 20 cm

Sommaire

Table des matières: 

Sommaire

NIETZSCHE, UN CONTINENT PERDU

Sommaire

Table des sigles

Introduction

Première partie

    L’HOMME ET LE CHAOS

        CHAPITRE I. — Le chaos

I. La théorie du chaos

  1 – Déshumaniser la nature

  2 – Le temps, l’espace et le chaos

  3 – Le chaos et l’Éternel Retour

II. Le chaos et la volonté de puissance

  1 – La « subjectivité » cosmique

  2 – La volonté de puissance et l’interprétation

  3 – La volonté de puissance et la créativité du chaos

        CHAPITRE II. — Du chaos à l’homme

I. La vie et le devenir

  1 – La vie et le cosmos

  2 – La vie et le temps

  3 – La vie est une « erreur »

II. Le protoplasme

III. Déshumaniser la vie

  1 – La régression

  2 – Le double retournement

IV. Le corps pour guide

  1 – Une découpure dans le chaos

  2 – Corps et généalogie

        CHAPITRE III. — Histoire du corps

I. Généalogie du moi organique : Histoire de l’instinct

  1 – L’instinct comme prélogique

  2 – L’instinct comme croyance

  3 – Instincts et temporalité

II. Généalogie de la conscience

  1 – Les deux consciences

  2 – La conscience utile

  3 – La structure spéculaire de la conscience

  4 – Histoire de l’œil

  5 – La conscience falsificatrice et ses masques

    Le masque de la philosophie

    Le masque de la religion

    Le masque de la morale

    Le masque de la psychologie

III. Connaissance et volonté de puissance

  1 – Les deux abîmes

  2 – La connaissance comme non-vérité

  3 – La connaissance comme expérience héroïque

IV. Le corps du philosophe

  1 – Le corps de Nietzsche

  2 – La philosophie comme expérience organique

  3 – La philosophie comme connaissance de l’avenir

  4 – La philosophie comme créativité

 Deuxième partie

    L’HISTOIRE DE L’HUMANITÉ

        CHAPITRE I. — L’aurore de L’humanité

I. Nietzsche et l’histoire

  1 – Histoire et métaphysique

  2 – Histoire et volonté de puissance

II. La grande santé des Grecs

  1 – La « Sainte cruauté »

  2 – Les dieux grecs

  3 – Héraclite

  4 – Dionysos

    La démesure

    La douleur

    L’amor fati

III. L’apollinisme et la belle apparence

  1 – La conciliation

  2 – Le rêve du monde

        CHAPITRE II. — La maladie de l’Occident, le christianisme

I. Socrate

  1 – La haine de la vie

    Déchirer les voiles

    Le dernier mot de Socrate

    La laideur de Socrate

  2 – La dialectique

    L’homme théorique

    La dialectique contre la vie

    Socrate et Euripide

    Le démon de Socrate

II. La conscience réactive

  1 – Le ressentiment

    Le « non » de l’esclave

    L’esclave et la conscience

  2 – Les quatre grandes erreurs

  3 – L’agneau et l’oiseau de proie

III. La victoire du christianisme

  1 – La mauvaise conscience

    La dette

    Le péché

  2 – La falsification

    Première falsification : la dénaturation du Dieu des Juifs

    Deuxième falsification : la dénaturation de Jésus

IV. La mort de Dieu

  1 – Premier récit : la mort de Dieu par compassion

  2 – Deuxième récit : la mort de Dieu comme témoin

Troisième partie

    NOTRE TEMPS

        CHAPITRE I. — Apprécier notre temps

I. L’homme, l’animal malade

  1 – La morbidité de la nature humaine

  2 – L’espèce humaine et le

Autour de l'auteur

Autour de l'ouvrage: 

Bernard EDELMAN est docteur en droit et avocat. Il a publié dans la collection "Doctrine juridique" : La personne en danger en juin 99

Avis et commentaires