María Zambrano, La tumba de Antígona - Camille Lacau St Guily - CNED - Format Physique et Numérique | PUF  

María Zambrano, La tumba de Antígona

Image: 
María Zambrano, La tumba de Antígona
Sous-titre: 
y otros textos sobre el personaje trágico
Aucun commentaire pour le moment
Collection: 
Discipline: 
Catégorie: 
Livre
Date de parution: 
23/10/2013
19,50 €
Article attaché: 
Disponible
Livraison en France métropolitaine uniquement.

Librairie la plus proche

Expéditeur

Résumé

La tumba de Antígona détone par son hybridité intrinsèque, à la fois philosophique, poétique et tragique. La puissance de ce texte singulier dans l’œuvre philosophique de María Zambrano, qu’éclairent ses autres « essais » relatifs à la figure mythique d’Antigone, vient sans doute de son caractère de manifeste, en faveur d’une métaphysique incarnée, d’un logos poétique, musical, présocratique et post-ortéguien. Par le choix du théâtre, elle encharne sa « Raison poétique ». Zambrano y manifeste, en outre, la nécessité vitale de refuser la mort tragique que Sophocle impose à Antigone, dans sa tragédie éponyme. « Erreur ! », s’écrie Zambrano. Depuis son exil, loin de sa terre natale, l’Espagne, alors emmurée dans la dictature franquiste, Zambrano donne la parole aux vaincus, à ceux que l’on croyait morts. L’histoire de son Antigone sera celle de sa renaissance. Son Antigone, hétérodoxe, sera chrétienne – une figure mariale, christique même –, mais résistante et engagée.

 


Caractéristiques

Nombre de pages: 
192
Code ISBN: 
978-2-13-062537-7
Numéro d'édition: 
1
Format
14.5 x 20 cm

Sommaire

Table des matières: 

I. Statut générique de La tumba de Antígona, problématique ?
1. Hybridité du texte 
2. La « dramaticité » du texte ? 
3. Le choix de la théâtralisation 


II. Une tragédie cathartique ?
1. Une tragédie cathartique 
2. Une tragédie contemplative, « postdramatique », non curative ? 


III. Un manifeste philosophique
1. Le choix de l’incarnation 
2. Une « philosophie musicale » 
3. Un hymne postortéguien au logos présocratique 
4. Le délire comme réponse au logos rationaliste 


IV. La réécriture du mythe
1. La réécriture de la tragédie de Sophocle ? 
2. Donner la parole à Antigone 
3. La tombe, espace de réécriture
4. Réécriture de l’exil
5. Christianisation du mythe 
6. Hispanisation du mythe 


V. La figure de l’Antigone zambranienne
1. Allégorie d’une « philosophie du non », de la liberté et du printemps
2. Une héroïne sainte, mariale, christique ? 

VI. Une pièce politique et engagée, ou « apartisane » et intimiste ?
1. Pièce politique d’une femme engagée 
2. Donner la parole aux vaincus, un acte engagé
3. Un hymne pacifique, ou le souhait de la réconciliation
4. Une pièce intimiste ?

Conclusion
Index
Bibliographie

 

Autour de l'auteur

Autour de l'ouvrage: 

Agrégée d’espagnol, maître de conférences à Grenoble III (2011-2013), actuellement à l’université Paris IV, Camille Lacau St Guily a soutenu un DEA de philosophie sur « Le chœur dans la tragédie grecque » (Paris IV). Ses études de philosophie grecque l’ont amenée à étudier les notions de vitalisme et d’anti-intellectualisme dans l’Espagne contemporaine. Sa thèse, soutenue à Paris III, porte sur la réception du bergsonisme en Espagne, de 1889 jusqu’aux années 1920.

 

Avis et commentaires