Lyotard et l'aliénation - Claire Pagès - Philosophies - Format Physique et Numérique | PUF  

Lyotard et l'aliénation

Image: 
Lyotard et l'aliénation
Auteur: 
Aucun commentaire pour le moment
Collection: 
Discipline: 
Catégorie: 
Livre
Date de parution: 
24/08/2011
12,50 €
Article attaché: 
Disponible
Livraison en France métropolitaine uniquement.

Librairie la plus proche

Expéditeur

Résumé

La pensée de Lyotard a longtemps été injustement méconnue en France. Peu étudiée, on avait tendance à la réduire, d’une part, à des problématiques esthétiques relatives à la notion de figuralité et, d’autre part, aux débats suscités par le livre de 1979, La Condition postmoderne. Par ailleurs, l’étiquette de « pensée française », quand on l’utilise à propos de Lyotard, comme on a coutume de le faire aussi pour ses contemporains mieux connus que sont Deleuze ou Derrida, occulte en partie la richesse d’une philosophie qui passe en complexité le seul souci de la différence.
Caractérise déjà cette pensée sa profonde évolution. Lyotard ne cesse de remettre sur le métier ses positions. Sa philosophie traverse des crises et connaît des remaniements profonds. Ainsi son traitement du concept d’aliénation s’est-il beaucoup modifié. Commençant par défendre la nécessité de cette notion comme catégorie critique, Lyotard en vient à la rejeter ainsi que l’idée corrélative d’émancipation, pour enfin tenter d’élaborer une notion d’aliénation constitutive, qui a pour modèle notre rapport à l’enfance, la langue et l’inconscient. Ainsi, demeure toujours l’exigence de déterminer le rapport de la pensée à l’égard du concept et du phénomène d’aliénation.
Les positions lyotardiennes possèdent une actualité et un intérêt tout particuliers, aujourd’hui que renaissent les débats autour de l’apport du concept d’aliénation pour la théorie sociale. Si nous voulons aujourd’hui discuter – et défendre – cette notion, il faut sans doute connaître les profondes objections de Lyotard et y répondre. En retour, peut-être faut-il aussi confronter la critique lyotardienne à une certaine irréductibilité ou résistance du concept d’aliénation.

 


Caractéristiques

Nombre de pages: 
176
Code ISBN: 
978-2-13-058388-2
Numéro de tome: 
215
Numéro d'édition: 
1
Format
11.5 x 17.6 cm

Sommaire

Table des matières: 

Introduction

Chapitre premier. — L’aliénation : une catégorie critique
Aliénation et exploitation
La « militance »
La Guerre des Algériens
« La place de l’aliénation dans le retournement marxiste »

Chapitre II. — Premier au-delà de l’aliénation : le désir, l’inconscient et les œuvres
Discours, figure : la figuralité comme aliénation sans dehors
Représentation et aliénation
La portée révolutionnaire de l’œuvre

Chapitre III. — Économie libidinale : rejet du concept d’aliénation et procès de la théorie
Baudrillard et le concept d’aliénation
Baudrillard en question
Sans déni ni reconnaissance
Ni critiquer ni guérir
Valoir non comme un signe mais pour une intensité
Aporie ?

Chapitre IV. — La fin des grands récits d’émancipation
Modernité et émancipation
Communication, consensus et dissensus
Aliénation et expérience
Présupposés du discours postmoderne

Chapitre V. — L’aliénation irrémédiable
L’aliénation dans la langue
L’aliénation constitutive
Enfance et aliénation
L’intraitable

Conclusions

 

Autour de l'auteur

Autour de l'ouvrage: 

Claire Pagès est agrégée et docteur en philosophie, actuellement ATER au département de philosophie de l’Université Paris Ouest Nanterre. Elle a consacré sa thèse au concept de négativité chez Hegel et chez Freud et est l’auteur d’un ouvrage d’introduction sur ces deux auteurs : Freud (Ellipses, 2008) et Hegel (Ellipses, 2010). Par ailleurs, elle a dirigé le volume Lyotard à Nanterre (Klincksieck, 2010) et prépare un ouvrage intitulé Les psychanalyses (Belles Lettres) et la traduction d’un texte de Herder (Éditions Allia).

 

Avis et commentaires