Lacan et le contre-transfert - Patrick Guyomard - Petite bibliothèque de psychanalyse - Format Physique et Numérique | PUF  

Lacan et le contre-transfert

Image: 
Lacan et le contre-transfert
Auteur: 
Aucun commentaire pour le moment
Catégorie: 
Livre
Date de parution: 
16/02/2011
13,50 €
Article attaché: 
Disponible
Livraison en France métropolitaine uniquement.

Librairie la plus proche

Expéditeur

Résumé

« Somme des préjugés, des passions, des embarras, voire de l’insuffisante formation des analystes », Lacan n’a pas de mots assez durs pour qualifier le contre-transfert dont il raille « la vogue et les fanfaronnades qu’elle abrite » !
En 1961, le ton change : « J’entends par contre-transfert, l’implication nécessaire de l’analyste dans la situation de transfert ». Le terme vise « la participation de l’analyste », puis son « engagement » ; la signification du contre-transfert, « c’est le désir de l’analyste ! ».
Entre la critique et la reconnaissance, quels sont pour Lacan les véritables enjeux du contre-transfert ?


 


Caractéristiques

Nombre de pages: 
200
Code ISBN: 
978-2-13-058114-7
Numéro d'édition: 
1
Format
12.5 x 19 cm

Sommaire

Table des matières: 

I. Présentation

II. Patrick Guyomard, Lacan et le contre-transfert : le contre-coup du transfert

III. Marilia Aisenstein, À propos du contre-transfert chez Lacan. Quelques questions ouvertes

IV. Daniel Widlöcher, Le contre-transfert, un autre transfert

V. Michel Plon, « Be not too tame »

VI. Claude Barazer, « Entre hommes », pas question de contre-transfert !

VII. Jean-Louis Baldacci, Transfert sur l’analyse et désir de l’analyste

VIII. Jacques André, Le pilote

IX. Patrick Guyomard, Au dernier terme

X. Les auteurs


Autour de l'auteur

Autour de l'ouvrage: 

Patrick Guyomard est membre de la Société de psychanalyse freudienne (SPF). Professeur de psychopathologie à l’Université de Paris VII, il est aussi directeur des Éditions Campagne Première.

Avec les contributions de Patrick Guyomard, Marilia Aisenstein, Daniel Widlöcher, Michel Plon, Claude Barazer, Jean-Louis Baldacci et Jacques André.


 

Avis et commentaires