La violence du voir - Gérard Bonnet - Bibliothèque de psychanalyse - Format Physique et Numérique | PUF  

La violence du voir

Image: 
La violence du voir
Auteur: 
Aucun commentaire pour le moment
Catégorie: 
Livre
Date de parution: 
01/08/1996
27,50 €
Article attaché: 
Disponible
Livraison en France métropolitaine uniquement.

Librairie la plus proche

Expéditeur

Résumé

La logique destructrice qui régit le voir humain n'a jamais été étudiée par la psychanalyse, pourtant la première concernée. Par contre, les légendes et la pathologie la clament sans équivoque : avec d'un côté la croyance au mauvais oeil, le mythe du BAsilic "qui tue par le regard" ; et de l'autre les phobies, l'angoisse du regard, les innombrables troubles de la vision, etc. Cette méconnaissance provient de ce que Freud s'est trouvé comme inhibé dans son élaboration sur ce sujet : G. Bonnet analyse les raisons et les méfaits de ce blocage en reprenant ses analyses du narcissisme, de l'hystérie, des perversions. Il démontre ensuite les effets de ce voir implacable dans la cure, dans l'oeuvre littéraire : celle de Bataille, et dans une affection étonnate : l'anémie provoquée ou "syndrome de Lasthénie de ferjol", dont il apporte ici la première étude psychanalytique exhaustive. 
Ce livre est d'actualité, car notre époque est dominée par une poussée à voir sans précédent : le problème ne vient pas tant de ce que l'on montre trop de violence, mais de ce qu'un voir sans limites est fondamentalement violence et qu'il fait constamment resurgir la destruction pour s'en repaître et pour se justifier.


Caractéristiques

Nombre de pages: 
288
Code ISBN: 
978-2-13-047715-0
Numéro d'édition: 
2
Format
13.5 x 21.5 cm

Sommaire

Table des matières: 

INTRODUCTION


    PREMIÈRE PARTIE  – Émergence du voir pulsionnel dans la théorie freudienne –  Les trois temps de la découverte


1. Narcisse, ou la naissance des désirs visuels. Le voir inconscient naît sous l’action fulgurante du regard de l’autre
La légendeLa version freudienne de la légendeLe mythe : une omission étonnante de Freud – Le rôle joué par le regardLe point critique : de la vengeance de l’amour à l’amour de la vengeance – Les deux ressorts du retour ou de la « réflexion » – La naissance au désir de voir : le moment visuel


2. Œil pour œil : pulsion ou perversion ? Deux façons de réagir aux regards
Quelques rappelsLes conditions de la première théorisationLa spécificité manifeste des perversions par rapport aux pulsionsLa spécificité réelle des perversions du voirUne violence que Freud aborde à son insu La pulsion et ses « déterminants »


3. Le premier qui voit l’autre : les désirs visuels chez l’hystérique. Quand le désir de (faire) disparaître l’emporte : l’hallucination négative
Charcot, Freud et l’hystérique : du microscope à la macropsie hystérique – La toute première étude de Freud sur l’hystérieLe premier temps d’une découverteL’hystérie : un guide irremplaçable mais trompeur


    DEUXIÈME PARTIE – L’organisation des désirs visuels dans l’expérience analytique – Le dispositif visuel


1. Le rêve au rétroviseur : Rôles et fonctions de l’œil et du regard dans la cure psychanalytique. Pour voir, en surmontant l’angoisse de disparition et l’idéalisation
Rôle inaugural : un œil, un regard, et quatre fonctions – De la pulsion au dispositif visuelRôle pivot : le moment visuel – Le dispositif dans l’analyse proprement diteLe rôle de l’œil et du regard dans la résolution du transfertConclusion


2. L’œil de G. Bataille. De l’analyse à l’écrit. S’approprier l’œil de l’autre et faire disparaître celui qui l’incarne
Rappels d’histoire Un procédé peu orthodoxeL’axe œil/regard, ses rôles et ses fonctionsLa violence du voir et sa visée d’appropriation


3. D’un voir à l’autre. À propos de la « Psychogenèse d’un cas d’homosexualité féminine »
La (re)naissance du voirUn essai d’analyseUn acte manqué... réussi ? – Un dispositif à toute épreuve


CONCLUSION


    TROISIÈME PARTIE Le dispositif visuel dans la clinique en l’un de ses objets privilégiés – Du syndrome de Lasthénie de Ferjol aux saignements menstruels


1. Les saignements provoqués dans la littérature. Un dispositif visuel à trois axes
ÉCRITS CLINIQUES ET LITTÉRAIRES La littérature médicale : la naissance d’un syndrome – La littérature romantique : Une histoire sans nom – La violence du voir selon l’auteur des Diaboliques – Autres romans et récits analoguesLa littérature psychanalytique
DU MIROIR A LA TACHE DE SANG –  L’œil et le regard d’HippocrateLe point de vue de Barbey et ses limitesLe miroir de l’analyse
TROIS MIROIRS POUR UN SEUL SUJET L’exemple de Freud et les exigences qu’il imposeL’activité ou la passivitéRendre au sujet la place qui est la sienne


2. Les saignements provoqués dans la clinique psychanalytique. Du geste au signifiant visuel
UNE HISTOIRE DE SANG Un rêve typiqueLe dispositif visuelUn double trio familialLe démon du voir dans tous ses états
LA SIGNIFICATION DU SANG ET DES SAIGNEMENTS Les saignements et la problématique phallique Le sang en tant que signifiant ordinaire – Conséquenses nosologiques : mise en perspective – De l'oralité à l'exhibitionnisme – Un signifiant qui pose le sujet face à un autre sujet – Concluons – Voir... rouge ?


3. Du syndrome aux troubles menstruels. Dispositif et message : ce que le voir veut dire
Le dispositif commun et les deux façons de le rejoindre – La médiation du fantasme – Du fantasme au message en retour – Retour au réel –  Pour conclure : retour aux sources, de Lasthénie à Emma Eckstein


CONCLUSIONSBibliographie – Index des noms propres et auteurs

Avis et commentaires