L' invisibilité sociale - Guillaume Le Blanc - Pratiques théoriques - Format Physique et Numérique | PUF  

L' invisibilité sociale

Image: 
L' invisibilité sociale
Auteur: 
Aucun commentaire pour le moment
Discipline: 
Catégorie: 
Livre
Date de parution: 
18/03/2009
19,50 €
Article attaché: 
Disponible
Livraison en France métropolitaine uniquement.

Librairie la plus proche

Expéditeur

Résumé

La capacité de se maintenir dans l’espace public ne repose pas uniquement sur les seules performances des sujets. Elle dépend largement des règles sociales qui légitiment une vie ou, au contraire, la précarisent. La visibilité et l’invisibilité ne sont nullement des qualités naturelles mais des modes sociaux de confirmation ou d’infirmation des existences. Le déclassement, la relégation, l’absence de travail marginalisent les individus au point de les effacer en les retirant de toutes les formes de participation : le subalterne, le précaire, l’exclu sont alors de moins en moins audibles, de moins en moins visibles. Il est urgent que la philosophie prenne le parti des sans-voix et des invisibles si elle veut contribuer à une critique de la normalité sociale. Pour cela, elle doit repartir de ce que peuvent les vies ordinaires afin de penser au plus près de leur activité : car une vie cherche moins à être reconnue qu’à faire œuvre, à pouvoir participer de manière irréductible à la cité.
À la jonction de la philosophie sociale et de la philosophie politique, cet ouvrage propose, à partir de cette question, une discussion théorique des principales sources contemporaines de la théorie sociale (Honneth, Butler, Nussbaum) mais aussi de la phénoménologie (Ricœur, Levinas, Merleau-Ponty).


 


Caractéristiques

Nombre de pages: 
208
Code ISBN: 
978-2-13-057347-0
Numéro d'édition: 
1
Format
15 x 21.7 cm

Sommaire

Table des matières: 

Introduction

PREMIÈRE PARTIE. — DEVENIR INVISIBLE
Chapitre premier. Qu'est-ce qu'être invisible ?
Le phénomène de la relégation
La fiction de la métamorphose
La déshumanisation comme perte majeure
Le travail comme mise en œuvre
Des vies de mauvais genre
Faire œuvre
Qu'est-ce qu'être visible, qu'est-ce qu'être invisible ?

Chapitre II. Auditions
L'institution sociale du visage et de la voix
Les récits alternatifs
Des visages et des hommes
Le visage parlant
La voix comme relance du visage

Chapitre III. Incapacités
L'entrée dans l'humain
La discordance des capacités et des conduites
Vies humaines précaires
Portrait de la vie ordinaire en vie vulnérable
La tâche éthique
L'exercice éthique des capacités
Respect moral, respect social

DEUXIÈME PARTIE. — POURQUOI LA RECONNAISSANCE ?
Chapitre IV. L'épreuve sociale de la reconnaissance
Le droit saisi par la reconnaissance
L'idéal de l'authenticité
De l'estime de soi à l'estime sociale de soi
Rendre visible
La possibilité du témoin

Chapitre V. Méconnaissances
Reconnaissance par les autres, reconnaissance par les choses
Vies relationnelles et parcours de la reconnaissance
La grammaire morale de la reconnaissance et la dépossession de soi
Désaccords moraux et trouble dans le soi

Chapitre VI. L'invisibilité sociale comme problème moral
Grammaire sociale, grammaire morale
Le parcours social de la reconnaissance. De l'estime de soi au respect
Du respect à la décence
Vers une nouvelle formulation du problème de la décence

TROISIÈME PARTIE. — LA VIE INEMPLOYÉE
Chapitre VII. Critique et clinique
Difficultés
Critique versus clinique
Les présupposés normatifs de la clinique
Misères de la philosophie sociale
Le normal, le pathologique et le soin

Chapitre VIII. La vie désœuvrée
L'étranger que « je » deviens
La structure imitative
L'œuvre, concept douteux
La politique à venir

Conclusion. — Le visible et l'invisible


 

Autour de l'auteur

Autour de l'ouvrage: 

Guillaume le Blanc est professeur de philosophie à l’Université Michel-de-Montaigne – Bordeaux III. Il est notamment l’auteur de Canguilhem et les normes (Puf, 1998) et de Vies ordinaires, vies précaires (Seuil, 2007).

Avis et commentaires