L' hypothèse d'Oxford - Dominique Raynaud - Sociologies - Format Physique et Numérique | PUF  

L' hypothèse d'Oxford

Image
L' hypothèse d'Oxford
L' hypothèse d'Oxford
Auteur: 
Aucun commentaire pour le moment
Collection: 
Catégorie: 
Livre
Date de parution: 
01/03/1998
15,22 €
Article attaché: 
Disponible
Livraison en France métropolitaine uniquement.

Librairie la plus proche

Expéditeur

Résumé

L'étude de la perspective a souffert d'un a priori dommageable : celui qui consiste à en faire un système culturel inventé à la Renaissance, coupé de ses sources médiévales. Cette étude défend la thèse d'un courant de diffusion qui va de l'optique élaborée à Oxford au XIIIe siècle, vers les premières représentations italiennes obéissant aux règles de la perspective linéaire. ©Electre 2017


Caractéristiques

Nombre de pages: 
416
Code ISBN: 
978-2-13-048992-4
Numéro d'édition: 
1
Format
15 x 21.7 cm

Sommaire

Table des matières: 

Introduction

  État des lieux

      Un sujet trop prisé – La notion de système culturel – Deux moments clefs : l’invention et la diffusion du système culturel – Limites de l’enquête : du XIIIe au XVe siècle, des traités aux représentations perspectives.

  Le mythe de la perspective

      Les tavolette de Brunelleschi racontées sur le mode de l’expérience de Galilée – L’expérience de Brunelleschi a-t-elle eu lieu ? – Questions sur l’expérience de Galilée – Perspective et signification.

Chapitre 1 /¡La méthode

  A priori et résidus

      La déconstruction d’un a priori n’efface pas toujours ses résidus – La rupture historique entre Moyen Age et Renaissance comme a priori des études de la perspective – Quels sont les résidus ?

    1) Perspective naturelle¡/ perspective artificielle

      Arbitraire des divisions fondées sur les critères technique, esthétique, expérimental, géométrique – Science et technique – La question des précurseurs.

    2) L’unité des perspectives à la Renaissance

      La question des pratiques perspectivistes déviantes – Est-ce la norme ou l’exception ? – Des points de vue internaliste et externaliste sur la perspective.

    3) Du vrai et du faux en perspective

      Une approche constructive du vrai et du faux – Perspective linéaire et curviligne – Confusion entre vision naturelle et représentation – Les aberrations sont liées aux conditions d’observation – Un système perspectif n’est pas juste « en soi ».

  Comment procéder ?

    1) De Charybde en Scylla

      La perspective expliquée par le contexte social ou l’histoire artistique – Défaut de la première attitude : voir des liens où il n’y en a pas – Défaut de la deuxième attitude : effacer des liens déterminants.

    2) L’approche connexionniste

      Un principe : tisser un réseau de connexions autour des acteurs de la perspective – Les connexions ne suivent pas les divisions disciplinaires – Rapport aux pratiques quotidiennes, aux valeurs morales et intellectuelles.

    3) La méthode des traceurs

      Approche connexionniste et épidémiologie des représentations – Méthodologie des traceurs – Quatre critères de reconnaissance d’un traceur – Distinction entre connexion effective et analogie formelle.

    PREMIÈRE PARTIE

        LES PRATIQUES

Chapitre 2 /¡Les tableaux

      Avant d’être juste ou fausse, une perspective est construite – Méthode de reconstruction ex post facto – Trois types d’erreur : accidentelle, ad hoc, systématique. Analyse du consentement.

  Du point de fuite

    1) Le système monoculaire

      Insuffisance du « schéma en arêtes de poisson » (Panofsky, White) – Un système de vision binoculaire – Justification à partir des traités – Un cumul d’erreurs de type II et III.

    2) Le système binoculaire

      L’expérience de Brunelleschi et la vision monoculaire – Confrontation des systèmes Mo et Bo à partir de l’analyse des aberrations – Équipotence des deux systèmes.

  Du « raccourci »

    1) Méthodes de sur-réduction

      1a¡: cas du point de distance au-dessous de l’horizon – Ce type d’erreur n’apparaît que dans les tableaux de la Renaissance.

    2) Méthodes de réduction correcte

      2a¡: costruzione legittima – 2b¡: section de la pyramide visuelle – 2c¡: méthode du point de distance – 2d¡: méthode de la diagonale – 2e¡: méthode du point de distance réduite – 2f¡: méthode de division d’un faisceau harmonique.

3) Méthodes de sous-réduction

      3a¡: construction aux parallèles équidistantes – 3b¡: méthode de réduction au – 3c¡: cas du point de distance situé au-dessus de l’horizon.

  Que disent les tableaux ?

1) Les peintres de la Renaissance

      Erreurs au Quattrocento sur le point de fuite et la méthode de réduction – Brunelleschi, Ghiberti, Donatello, Uccello, Masaccio, Piero della Francesca – Détour chez les peintres Flamands – Le cas de Carpaccio au XVIe siècle.

2) 

Avis et commentaires