L' art musulman - Georges Marçais - Quadrige - Format Physique et Numérique | PUF  

L' art musulman

L' art musulman
Auteur: 
Aucun commentaire pour le moment
Collection: 
Discipline: 
Catégorie: 
Livre
Date de parution: 
01/05/1991
7,43 €
Article attaché: 
Disponible
Livraison en France métropolitaine uniquement.

Librairie la plus proche

Expéditeur

Résumé

Si l’on met à part l’Espagne mudéjare, où l’art mauresque se prolongeait en un développement posthume, et le Maroc, qui, dans son indépendance âprement gardée, poursuivait le rêve archaïque de son âge d’or, le monde musulman a connu, durant les quatre derniers siècles, une évolution singulière. Des conditions historiques fortuites, l’installation des Turcs à Constantinople et l’extension de leur hégémonie, ont replacé en Orient le centre de gravité de ce monde. Toutefois, ce n’est plus Médine, Damas ou Bagdad qui détiennent l’autorité spirituelle et temporelle et d’où rayonnent les modes de bâtir, c’est de l’ancien domaine byzantin, de Constantinople et des villes voisines d’Europe ou d’Asie Mineure, Salonique ou Brousse. Une des manifestations les plus apparentes de ce rayonnement est l’adoption par l’Egypte, comme par la Tunisie et l’Algérie, de la mosquée à grande coupole, dérivé tardif de Sainte-Sophie et des édifices de même genre. Ainsi, par une conjoncture inattendue, l’Islam qui, neuf siècles plus tôt, s’inspirait des basiliques chrétiennes pour aménager les nefs parallèles de salles de prières, trouve encore, dans les églises du temps de Justinien, le thème tout différent qu’il accommodera aux exigences de son culte.


Caractéristiques

Nombre de pages: 
240
Code ISBN: 
978-2-13-043491-7
Numéro de tome: 
20
Numéro d'édition: 
2
Format
12.5 x 20.5 cm

Autour de l'auteur

Autour de l'ouvrage: 

Georges Marçais (1876-1962) était un historien et archéologue orientaliste. D’abord professeur d’archéologie musulmane à l’université d’Alger, il a ensuite dirigé le Musée des antiquités algériennes et d’art msulman et, dès 1935, l’Institut d’études orientales de l’université d’Alger. En 1940, il a intégré l’Institut, au sein de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

Avis et commentaires