Kohut et la psychologie du self - Agnès Oppenheimer - Bibliothèque de psychanalyse - Format Physique et Numérique | PUF  

Kohut et la psychologie du self

Image
Kohut et la psychologie du self
Kohut et la psychologie du self
Auteur: 
Aucun commentaire pour le moment
Catégorie: 
Livre
Date de parution: 
01/10/1996
25,86 €
Article attaché: 
Disponible
Livraison en France métropolitaine uniquement.

Librairie la plus proche

Expéditeur

Résumé

Malgré l’influence considérable de ses théories et de son école, Kohut est encore peu connu en France. Le narcissisme a toujours été l’obstacle à la cure de certains patients, il devient un véritable moteur lorsque Kohut découvre l’existence de transferts narcissiques analysables. Cet ouvrage expose, discute et confronte les thèses de Kohut avec celles de Freud et celles d’auteurs postfreudiens, relance des aspects laissés en suspens dans la théorie du narcissisme.


*


Juif viennois exilé à Chicago, il fait une découverte clinique : la possibilité d’un transfert narcissique, que Freud avait niée. Partant de ce manque de la théorie freudienne et de sa conséquence malheureuse, l’absence de guérison des pathologies narcissiques, Kohut en vient à une refonte complète de la métapsychologie freudienne, ce qui lui vaudra, à son grand dam, d’être excommunié par Anna Freud. Sa revalorisation du narcissisme, dont la place inférieure en psychanalyse tient selon lui à des motifs culturels et non scientifiques, passe par une distinction entre amour de soi et amour d’objet, concepts venus de Melanie Klein, Fairbairn et Winnicott. Seulement, à la différence des théoriciens de l’école des relations d’objet, Kohut insiste sur le versant positif du narcissisme, l’instinct de conservation de soi qui, unifié ou pas à un amour objectal, dure toute la vie, et qu’on ne peut en aucun cas réduire à une phase du développement infantile. L’analyse des pathologies narcissiques fait souvent ressortir des carences dans l’environnement des sujets, idée qui le rattache à la psychanalyse britannique. Mais ce défaut est étudié en termes de « réceptivité » et non forcément de chocs. C’est ce blanc qu’il faut découvrir dans la cure grâce à l’empathie du thérapeute. Kohut appartient au courant de l’intersubjectivité. Dans ces conditions, l’empathie est un outil essentiel du contre-transfert si l’on veut découvrir le « moi » du patient, son « self » authentique. A la différence des transferts névrotiques, le transfert narcissique aboutira à l’« intériorisation mutative » si l’empathie fonctionne bien. Sa redistribution des concepts freudiens a pour base un constat historique : depuis la fin du XIXe siècle, les pathologies ont évolué. Les tabous, qui portaient autrefois sur la sexualité, portent maintenant sur le narcissisme. Le psychanalyste doit s’adapter à ce changement. C’était d’ailleurs un souhait de Freud, que l’on puisse guérir les blessures narcissiques « si l’on pouvait modifier la méthode ». C’est ce que fit Kohut, qui aimait se comparer à Freud comme Max Planck par rapport à Newton. La présentation claire et ordonnée de Kohut par Agnès Oppenheimer permet de situer son influence dans les grands courants de la psychanalyse du XXe siècle. Etendre la cure aux patients non névrotiques suppose de changer d’outils et de méthode. C’est ce que voulait Kohut : ne plus « allonger le patient sur le divan de Procuste ».

(D. Berthezène)


Caractéristiques

Nombre de pages: 
320
Code ISBN: 
978-2-13-047550-7
Numéro d'édition: 
1
Format
13.5 x 21.5 cm

Sommaire

Table des matières: 

PRÉSENTATION, 1


PREMIÈRE PARTIE


        Le chemin de Kohut


Introduction, 9


  Kohut : l’homme, le psychanalyste, 9


  Le contexte psychanalytique, 15


    Le narcissisme : un obstacle à la cure, 15 – Dans la mouvance de l’Ego Psychology, 17


  Premiers pas, premiers jalons (1948-1966), 19


    En deçà du conflit, 20 – Réhabilitation du narcissisme, 23 – L’introspection et l’empathie, 24


1. La psychologie du self restreinte. Une extension de la psychanalyse au narcissisme (1966-1971), 31


    La plainte à la lettre : Mlle F*, 32 – Redéfinir le narcissisme : un nouveau continent, 33 – Pathologies narcissiques, 36 – Les transferts narcissiques, 38 – Le développement du narcissisme, 42 – Aspects métapsychologiques, 45 – Avatars du narcissisme, 48 – La cure, 51 – Les réactions de contre-transfert, 54 – La rage narcissique, 54 – Les transformations thérapeutiques, 56 – L’analysabilité du narcissisme et ses conséquences, 57


2. Transition (1972-1977), 59


  Le narcissisme appliqué à l’histoire et à la culture, 59


    Le narcissisme appliqué aux groupes, 61 – Les groupes destructeurs, 62 – Leaders et opposants, 63 – La culture comme self-objet, 65


  Vers la psychologie du self généralisée, 67


    D’un self..., 68 – ... à l’autre, 69 – Le self au-delà du principe de plaisir, 71 – Self et selfobjet, 72 – Le self et les pulsions, 74 – L’homme coupable et l’homme tragique, 75 – Du vieux vin dans de nouvelles bouteilles, 76


3. La psychologie du self généralisée, 78


  Une nouvelle métapsychologie (1977-1981), 78


    Le self bipolaire, 80 – Structures défensives et compensatoires, 81 – Un self tripolaire ?, 83 – Une deuxième sorte de rêve : Le rêve qui reflète l’état du self, 85 – Les pathologies du self, 86


  La réévaluation des concepts classiques, 89


    La névrose, 90 – Le complexe d’Œdipe, 90 – L’angoisse, 93 – L’agoraphobie réévaluée, 93 – L’agressivité et la libido, 94 – Réexamen du développement, 96 – Psychanalyse classique et psychologie du self, 98


4. Le processus analytique, 100


    Spécificité de la psychanalyse, 100 – La cure des patients narcissiques, 101 – La terminaison des analyses des personnalités narcissiques, 102 – Généralisations à la cure, 105 – Le processus thérapeutique, 107 – L’approche de la défense et de la résistance, 108 – L’efficacité des différentes théories, 109 – Supériorité de la psychologie du self, 113 – Les enfants de psychanalystes, 114 – Les deux analyses de M. Z*, 115


5. Considérations historiques sur la psychanalyse, 122


    Le rapport à Freud, 123 – L’auto-analyse de Freud comme transfert de créativité, 124 – Le bon grain de l’ivraie, 124 – Retour à l’empathie : la dernière adresse, 126 – Une objectivité qui inclut le subjectif, 128 – La psychologie du self : un enfant du siècle, 130 – Nouvelles interprétations d’Hamlet et d’Œdipe, 132


Conclusion, 137


DEUXIÈME PARTIE


        Problématiques


Introduction, 143


1. La place de la psychologie du self dans le mouvement psychanalytique, 145


    La mouvance de l’Ego Psychology, 147 – Les relations d’objet, 151 – Les précurseurs : Ferenczi, L. Andreas-Salomé, P. Federn, 154 – Un voisin, Winnicott, 156 – Ailleurs, 159


2. L’extension de la psychanalyse aux pathologies du narcissisme, 162


    Les pathologies narcissiques, 164 – Les névroses actuelles, 168 – Les transferts narcissiques, 171 – Les obstacles à la cure, 178 – Extension et spécificité de la psychanalyse, 185


3. Le narcissisme : psychologie du self rest

Avis et commentaires