K-pop, soft power et culture globale - Vincenzo Cicchelli - Hors collection - Format Physique et Numérique | PUF  

K-pop, soft power et culture globale

K-pop, soft power et culture globale
K-pop, soft power et culture globale
Collection: 
Catégorie: 
Livre
Date de parution: 
13/04/2022

Résumé

Qu’ont en commun le groupe de pop BTS et la série Squid Game ? Tous deux appartiennent à la nouvelle vague de produits culturels sud-coréens, connue sous le nom de Hallyu, qui déferle sur le monde et surprend par l’engouement qu’elle suscite.

 

Cet ouvrage, le premier en langue française consacré au sujet, montre comment cette pop culture, fruit de l’écosystème politique et économique sud-coréen, mise sur l’exportation massive de produits culturels à l’esthétique innovante. En s’appuyant sur ces leviers de soft power, la Corée du Sud promeut une globalisation culturelle alternative à l’hégémonie américaine et japonaise dans le domaine des imaginaires juvéniles.

 

À travers de nombreux entretiens, les deux auteurs analysent la ferveur des jeunes fans français, qui ne s’appuie sur aucune proximité culturelle préexistante, témoigne d’une nouvelle ouverture esthétique et les autorise à imaginer des ailleurs désirables, par-delà les assignations de genre, de classe ou d’origine.

Caractéristiques

Nombre de pages: 
324
Code ISBN: 
978-2-13-083050-4
Numéro d'édition: 
1
Format
13.5 x 21.5 cm

Sommaire

Table des matières: 

Préambule. BTS, crête de la Hallyu

 

 

 

Introduction. La Hallyu, une pop culture globale esthétisée

 

I. La pop culture globale

 

a) Le p de pop culture

 

b) La fabrique des communs

 

II. La Hallyu : enfant de la pop culture globale

 

a) Le fabuleux destin de la Hallyu

 

b) La Hallyu 2.0

 

III. Une approche monographique de la Hallyu

 

a) Chausser les lunettes de la Hallyu

 

b) Le cas de la France

 

c) Pop culture globale et pop cosmopolitisme

 

 

 

Chapitre 1. Le capitalisme de l’entertainment, stade suprême du capitalisme esthétique ?

 

I. Critique du capitalisme esthétique

 

a) Retour sur les origines du capitalisme esthétique

 

b) Une esthétique addictive et émotionnelle

 

c) Une esthétique « cool »

 

II. Le cadre du capitalisme sud-coréen

 

a) Une modernisation économique accélérée et tournée vers les exportations

 

b) Le syndrome Jurassic Park

 

c) Un capitalisme d’État

 

III. Les traits distinctifs du capitalisme de l’entertainment

 

a) Un mode de production sérialisé

 

b) De l’artiste à l’Idol transmédiatique

 

c) Les fans comme coproducteurs

 

d) L’exaltation de l’idéologie du bien-être

 

 

 

Chapitre 2. Une globalisation alternative de la pop culture

 

I. Dans l’arène de la pop culture globale

 

a) La domination de la Big Three League

 

b) Vers un nouvel ordre culturel multipolaire

 

II. Le magistère états-unien

 

a) Les piliers de la pop culture états-unienne

 

b) Un relatif essoufflement ?

 

III. La construction d’une alternative

 

a) La leçon états-unienne

 

b) Les trois leçons japonaises

 

c) La pop culture à la manière sud-coréenne

 

 

 

Chapitre 3. Du soft power au sweet power

 

I. Diplomatie culturelle et industries culturelles

 

a) Trois modèles de diplomatie culturelle

 

b) Le « cool Japan »

 

c) Impérialisme et résistances culturelles

 

II. La Corée du Sud, une marque globale

 

a) Un enjeu : exister sur la scène internationale

 

b) Un moyen : le segyehwa

 

c) Un storytelling : le tripode résilience, modernité et harmonie

 

III. Le sweet power sud-coréen

 

a) L’image douce d’une nation médiatrice

 

b) Sweet power et retombées touristiques

 

c) Les limites du sweet power en matière de leadership régional

 

 

 

Chapitre 4. Théorie des affinités électives cosmopolites

 

I. L’appétence pour la Hallyu

 

a) La séduction du proche et du lointain

 

b) Misère du culturalisme

 

II. Le travail de l’amateur cosmopolite

 

a) Comprendre la réception cosmopolite

 

b) Une étrange familiarité, une différence rassurante

 

III. La Corée du Sud, cette illustre inconnue

 

a) Des liens historiquement ténus avec la France

 

b) Une présence culturelle récente

 

c) Une ouverture culturelle toute française ?

 

IV. Le pont japonais

 

a) La vague japonaise en France

 

b) Une rupture esthétique et culturelle

 

c) Une contagion technoculturelle panasiatique ?

 

V. Portrait du jeune fan de la Hallyu

 

 

 

Chapitre 5. D’une vague à l’autre : esthétique et intimité numérique

 

I. Tourner le dos aux cultures dominantes

 

a) Une envie de nouveauté

 

b) Le procès de la pop culture états-unienne

 

c) À la recherche d’un nouveau pacte de réception

 

d) Pour un monde cosmopolite

 

II. À l’école des mangas et des anime

 

a) Le goût de la « japonité »

 

b) Un mainstream adolescent

 

c) Du Japon à la Corée du Sud

 

III. L’irrésistible canon esthétique sud-coréen

 

a) Une différence de qualité

 

b) Éloge de l’hybride

 

c) Un panégyrique de la beauté

 

d) La perfection par l’ascèse

 

e) Beauté et vertu

 

IV. Les ressources de l’intimité numérique              

 

a) La mobilisation culturelle

 

b) Les effets de proximité avec les Idols

 

 

 

Chapitre 6. Enchantements et désenchantements de l’ailleurs

 

I. La Hallyu et la culture sud-coréenne

 

a) Du miroir

 

b) De la façade

 

II. Les lumières sud-coréennes

 

a) Des lendemains qui chantent

 

b) Tradition confucéenne et respect d’autrui

 

c) La douceur des hommes

 

d) À la recherche de la romance perdue

 

III. L’envers du décor

 

a) La dictature des apparences

 

b) La répression des émotions

 

c) Domination masculine et hétéronormativité

 

d) Une compétition effrénée

 

e) Une société de places

 

f) Une société d’exclusion

 

 

 

Chapitre 7. Se singulariser avec la Hallyu

 

I. Grandir avec la Hallyu

 

a) La Hallyu, preuve de l’autonomie du goût ?

 

b) La Hallyu et les troubles adolescents

 

c) La Hallyu et les stigmates adolescents

 

II. Les épreuves d’une passion minoritaire

 

a) L’affirmation de soi au risque de l’exclusion des pairs

 

b) En quête de soutien

 

III. La Hallyu comme empowerment cosmopolite

 

a) L’empowerment par l’ouverture

 

b) L’empowerment par la réaffiliation

 

c) L’empowerment par l’autodidaxie

 

d) L’empowerment par le flair esthétique

 

IV. Dis Hallyu, dessine-moi un avenir

 

a) Aux couleurs du rêve

 

b) Le pari d’une ascension sociale

 

c) La Hallyu, une ressource supplémentaire

 

d) Des stratégies de rattrapage

 

 

 

Conclusion. La Hallyu au-delà de la pop culture

 

I. Une nouvelle hégémonie culturelle ou une globalisation multipolaire ?

 

II. La portée politique de la Hallyu

 

Bibliographie

 

 

 

Autour de l'auteur

Vincenzo Cicchelli est maître de conférences à l’Université de Paris, chercheur au Ceped (Université de Paris/IRD) et chargé de cours à Sciences Po.

 

Sylvie Octobre est chargée d’études au ministère de la Culture (Deps-Doc), chercheuse au Centre Max Weber et chargée de cours à Sciences Po.

22,00 €
Disponible
Livraison en France métropolitaine uniquement.

Nos recommandations

Tous urbains n° 25 (2019)

Tous urbains n° 25 (2019)

Tous urbains n° 25 (2019)

Manifeste de Tous Urbains

Les 100 mots du vin

Les 100 mots du vin

Gérard Margeon

Les 100 mots du vin

Gérard Margeon

En 100 mots clés, de « 45 secondes » à « Plaisir », de « Boisé » à « Vinification », Gérard Margeon, chef sommelier auprès d'Alain Ducasse, nous invite à...

L'engagement dans le travail

L'engagement dans le travail

Alexandra Bidet
L'avenir de la solidarité

L'avenir de la solidarité

Robert Castel

L'avenir de la solidarité

Robert Castel

La solidarité, valeur centrale de la République, a connu de profondes transformations ces dernières années. Sous l’effet du chômage, mais aussi de la...

La morale du professeur

La morale du professeur

Eirick Prairat

La morale du professeur

Eirick Prairat

La professionnalisation des métiers de l’enseignement, initiée dans les années 1990 avec la naissance des Instituts universitaires de formation des maîtres...

Panser des jambes de bois ?

Panser des jambes de bois ?

Iris Loffeier

Panser des jambes de bois ?

Iris Loffeier

« Plutôt mourir ! » : voilà ce qu’évoque pour le plus grand nombre l’éventualité d’aller vivre en maison de retraite. Il faut dire que, depuis près de...

La dépendance amoureuse

La dépendance amoureuse

Patrick Pharo

La dépendance amoureuse

Patrick Pharo

Dans la « Carte de tendre » de l’âge classique, seule l’« Inclination » menait à la « Mer dangereuse » de l’accomplissement érotique, tandis que les autres...

Des têtes bien faites

Des têtes bien faites

Nicolas Gauvrit

Des têtes bien faites

Nicolas Gauvrit

L’esprit critique est sur toutes les lèvres. Entre l’explosion des Fake news et autres rumeurs sur Internet, et les innombrables théories du complot qui...

Les 100 mots de la maternité

Les 100 mots de la maternité

Muriel Flis-Trèves

Les 100 mots de la maternité

Muriel Flis-Trèves

Les transclasses ou la non-reproduction

Les transclasses ou la non-reproduction

Chantal Jaquet
Tous urbains n° 29 (2020)

Tous urbains n° 29 (2020)

Agir face aux risques sanitaires

Agir face aux risques sanitaires

William Dab

Agir face aux risques sanitaires

William Dab

Une multitude de crises sanitaires a ébranlé la confiance des citoyens dans les institutions. Comprendre les erreurs commises pour améliorer le dispositif...

L'analyse de contenu

L'analyse de contenu

Laurence Bardin

L'analyse de contenu

Laurence Bardin

Dans quel contexte la notion d’analyse de contenu a-t-elle émergé ?
Comment être à l’écoute, scientifiquement et avec rigueur, des données...

Mémoires d'une transsexuelle

Mémoires d'une transsexuelle

Marie Édith Cypris

Mémoires d'une transsexuelle

Marie Édith Cypris

Si le transsexualisme n’est plus une maladie mentale, la transsexualité, terme qui s’y substitue aujourd’hui, ne nous éclaire pas davantage sur ce qu’est...

Le complexe d'Obélix

Le complexe d'Obélix

Nicolas Rouvière

Le complexe d'Obélix

Nicolas Rouvière

Lorsque l’on demandait à René Goscinny quel personnage d’Astérix avait sa préférence, le scénariste répondait sans hésiter : « Obélix, car c’est celui qui a...