Inconscient, capitalisme et fin de l'histoire - Alain Juranville - Hors collection - Format Physique et Numérique | PUF  

Inconscient, capitalisme et fin de l'histoire

Inconscient, capitalisme et fin de l'histoire
Inconscient, capitalisme et fin de l'histoire
L'actualité de la philosophie
Auteur: 
Collection: 
Discipline: 
Catégorie: 
Livre numérique
Date de parution: 
31/12/2015

Résumé

« Le monde actuel, celui de la mondialisation et du capitalisme, est le monde juste qu’a voulu la philosophie depuis son commencement avec Socrate et Platon. » Comment l’auteur de cet ouvrage peut-il soutenir pareille thèse ?
Parce que le monde où nous vivons est celui de la fin de l’histoire. Non pas certes au sens hégélien d’un accomplissement naturel et irrésistible — il y a eu l’Holocauste. Mais au sens où, dans ce monde, le mal foncier de l’homme, sa complaisance inéliminable à l’aliénation, son injustice constitutive, son refus de l’« ex-istence » vers l’autre, sa pulsion de mort, ont été fixés : le mal a été réduit à sa forme minimale — socialement, le capitalisme. Dans cette fin de l’histoire s’établit la démocratie véritable, celle qui garantit à chacun, par le droit, les conditions pour advenir à son individualité. Une démocratie délivrée de tous démons de démocratie directe (populaire, d’opinion, participative, etc.) et confirmée dans sa vérité de démocratie représentative par l’acceptation résolue du capitalisme.
Telles sont les conséquences politiques que doit tirer aujourd’hui la philosophie, si du moins elle ne se contente pas, avec la pensée contemporaine depuis Kierkegaard, de poser l’existence ; de surcroît elle pose l’inconscient qui en est le principe. Car la seule affirmation de l’existence a voué la philosophie à une contradiction radicale incarnée dans ce penseur si problématique qu’est Carl Schmitt. Et elle a débouché, à travers le projet de révolution anticapitaliste, sur les horreurs du totalitarisme lumineusement décrites par Hannah Arendt. La philosophie ne peut résoudre une telle contradiction qu’en affirmant l’inconscient : cet inconscient créateur par lequel est assumé, autant qu’il est possible, le refus foncier de l’existence — la pulsion de mort.

  

Caractéristiques

Nombre de pages: 
448
Code ISBN: 
978-2-13-079176-8
Numéro d'édition: 
1
Format
15 x 21.7 cm

Sommaire

Table des matières: 

Avant-propos

Introduction

Chapitre premier. — Acte et rupture
§ 1. Que l’idée de la rupture résulte de l’affirmation  de l’existence et, a fortiori, de celle de l’inconscient
§ 2. Que ce avec quoi on rompt d’une véritable rupture est le système sacrificiel  ou paganisme
§ 3. Que la rupture s’accomplit par l’acte politique qu’est la révolution

Chapitre II. — Acte et histoire
§ 1. Que l’idée de l’histoire résulte de l’affirmation  de l’existence et, a fortiori, de celle de l’inconscient
§ 2. Que certes la pensée qui affirme l’existence commence par exclure toute position du savoir comme tel et donc, d’une manière ou d’une autre, par rejeter la philosophie et l’histoire — en quoi elle est rejointe par le discours psychanalytique. Et alors elle est vouée à se contredire
§ 3. Que toutefois la philosophique qui affirme l’existence peut, si elle envisage, de son point de vue à elle, le discours psychanalytique, et affirme, outre l’existence, l’inconscient, proclamer le savoir et l’histoire. Ce que nous proposons

Chapitre III. — L’histoire contre l’institution
§ 1. Que l’idée d’une histoire abolissant toute institution, et empêchant notamment, par la révolution, l’institution du capitalisme, s’impose d’abord
§ 2. Que certes, dirons-nous avec Marx, le capitalisme est le prolongement, dans le monde ouvert par l’exigence d’histoire, du système sacrificiel traditionnel
§ 3. Que cependant, dirons-nous contre Marx, vouloir abolir toute institution, et précisément vouloir empêcher, par la révolution, l’institution du capitalisme, ne peut mener qu’à la catastrophe

Chapitre IV. — L’histoire avec l’institution
§ 1. Que l’idée d’une histoire donnant toute sa place à l’institution, et ultimement à celle du capitalisme, s’impose alors
§ 2. Que certes, comme nous l’avons dit avec Marx, le capitalisme est le prolongement du système sacrificiel, mais, ajoutons maintenant au-delà de Marx, comme aliénation qui peut être dépassée, et cela dans le cadre du droit
§ 3. Que l’institution du capitalisme est donc bien ce sur quoi doit déboucher la vraie révolution, et ce qui marque la fin de l’histoire voulue par la philosophie

Chapitre V. — L’acte politique de la philosophie et le problème de son accomplissement
§ 1. Que l’idée de l’acte politique qu’elle doit accomplir elle-même est supposée d’emblée par la philosophie, dès son avènement en Grèce. Et qu’elle commence alors par vouloir accomplir cet acte contre la démocratie
§ 2. Que certes la philosophie doit bien vite reconnaître la radicalité du refus auquel elle se heurte. Qu’elle l’a fait, là aussi, dès la Grèce, et qu’elle a été conduite, à partir de là, à proclamer à nouveau la démocratie
§ 3. Que la philosophie ne peut accomplir son acte qu’aujourd’hui. Après que le Sacrifice du Christ a dénoncé la radicalité du refus que les hommes y opposent. Et qu’il a ouvert l’espace pour cet accomplissement, qui s’effectue peu à peu, dans l’histoire

Index
Bibliographie

  

Autour de l'auteur

Ancien élève de l’ENS de la rue d’Ulm, Alain Juranville enseigne la philosophie à l’Université de Rennes I. Il a publié aux PUF Lacan et la philosophie (1984), La philosophie comme savoir de l’existence, en 3 volumes : L’altérité, Le jeu, L’inconscient (2000), et L’événement. Nouveau traité théologico-politique (2007).

 

22,99 €
Disponible
Disponible en France métropolitaine uniquement.

Librairie la plus proche

Expéditeur

Nos recommandations

Le marxisme

Le marxisme

Henri Lefebvre

Le marxisme

Henri Lefebvre

Il y a un siècle et demi, Karl Marx – peu avant la révolution de 1848, et en rapport étroit avec la fermentation révolutionnaire de l’Europe – aperçut, au...

La laïcité

La laïcité

Guy Haarscher

La laïcité

Guy Haarscher

Le Prince

Le Prince

Nicolas Machiavel

Le Prince

Nicolas Machiavel

« Je ne veux pas que l’on impute à la présomption qu’un homme de bas et infime état ait la hardiesse d’examiner les gouvernements des princes et leur donner...

Le second traité du gouvernement

Le second traité du gouvernement

John Locke
Traité théologico-politique. Œuvres III

Traité théologico-politique. Œuvres III

Spinoza

Traité théologico-politique. Œuvres III

Spinoza

Publié en 1670, le Traité théologico-politique est d’abord une intervention de Spinoza dans le débat civique et religieux de son temps, aux Pays-...

Points névralgiques de la philosophie

Points névralgiques de la philosophie

Yves Charles Zarka

Points névralgiques de la philosophie

Yves Charles Zarka

Qu’est-ce qu’un point névralgique en philosophie ? C’est une question ou une position particulière, locale, mais autour de laquelle une pensée se joue dans...

Les 100 mots du marxisme

Les 100 mots du marxisme

Michael Löwy

Les 100 mots du marxisme

Michael Löwy

L'identité de l'Europe

L'identité de l'Europe

Jean-François Mattéi

L'identité de l'Europe

Jean-François Mattéi

Traité politique. Œuvres V

Traité politique. Œuvres V

Spinoza
Le moment machiavélien

Le moment machiavélien

John Pocock
Cités 2018, n° 75

Cités 2018, n° 75

Cités 2018, n° 75

Formulé pour la première fois en 1953 dans un article consacré au jazz publié dans la revue Merkur, le concept d’Entkunstung (...

enjeux de philosophie politique moderne

enjeux de philosophie politique moderne

Michel Terestchenko

enjeux de philosophie politique moderne

Michel Terestchenko

Les philosophes politiques modernes se distinguent entre les théoriciens du contrat, d'une part, qui fondent le lien politique sur une construction...

Les révolutions du XXIe siècle

Les révolutions du XXIe siècle

Yves Charles Zarka

Les révolutions du XXIe siècle

Yves Charles Zarka

Nous vivons une époque de révolutions de très grande ampleur, touchant les dimensions fondamentales de nos existences individuelles et collectives,...

Spinoza. Puissance et impuissance de la raison

Spinoza. Puissance et impuissance de la raison

Christian Lazzeri

Spinoza. Puissance et impuissance de la raison

Christian Lazzeri

La pensée de Spinoza est tout entière une philosophie de la puissance de la raison. Mais la connaissance vraie de ce qui est bon et de ce qui est mauvais ne...

Actuel Marx 2015, n° 57

Actuel Marx 2015, n° 57

Actuel Marx 2015, n° 57

Très présent dans les sciences sociales anglophones, ainsi que dans les débats politiques d’Amérique latine et les théorisations qui proviennent de...