Fondement du droit naturel selon les principes de la doctrine de la science - Johann Gottlieb Fichte - Quadrige - Format Physique et Numérique | PUF  

Fondement du droit naturel selon les principes de la doctrine de la science

Image
Fondement du droit naturel selon les principes de la doctrine de la science
Fondement du droit naturel selon les principes de la doctrine de la science
Aucun commentaire pour le moment
Collection: 
Discipline: 
Catégorie: 
Livre
Date de parution: 
01/12/1998
12,17 €
Article attaché: 
Disponible
Livraison en France métropolitaine uniquement.

Librairie la plus proche

Expéditeur

Résumé

D’une façon unique dans toute l’histoire de la philosophie, le Fondement du droit naturel montre comment une critique de la métaphysique peut ouvrir sur un accomplissement de la philosophie comme philosophie pratique, et au premier chef comme fondation juridique de l’intersubjectivité.
À travers une telle fondation, la pensée du droit conquiert pour la première fois son autonomie par rapport à la morale sans pour autant réduire le droit à un épiphénomène de l’histoire : en résistant à l’avance aux dissolutions historicistes du droit, Fichte construit ainsi la première « théorie pure du droit ».
Confiant la réalisation du droit au seul fonctionnement de l’édifice politique, l’ouvrage tente enfin d’élaborer, à partir d’une reprise critique de la conception rousseauiste de la souveraineté, une théorie politique qui dépasse l’antinomie traditionnelle du libéralisme et de l’absolutisme. La synthèse ici recherchée, qui entend prendre en compte politiquement la pensée des droits de l’homme, nous convie aujourd’hui à une réflexion sur l’idéal démocratique – plus précisément : sur l’idée de république.


Caractéristiques

Nombre de pages: 
424
Code ISBN: 
978-2-13-049642-7
Numéro de tome: 
272
Numéro d'édition: 
1
Format
12.5 x 19 cm

Autour de l'auteur

Autour de l'ouvrage: 

Johann Gottlieb Fichte (1762-1814) philosophe allemand fit une brillante carrière à l’université de Iéna interrompue par une accusation d'athéisme et de jacobinisme. Il devint recteur de l’université de Berlin et sa philosophie fut éclipsée par celles de Schelling et surtout de Hegel. Il développe une doctrine de l’homme concret, de sa liberté comme pouvoir effectif de transformer le monde.


Texte présenté, traduit et avec des notes de Alain Renaut

Avis et commentaires