Droit financier public - Rémi Pellet - Thémis - Format Physique et Numérique | PUF  

Droit financier public

Image: 
Droit financier public
Sous-titre: 
Monnaies, Banques centrales, Dettes publiques
Auteur: 
Aucun commentaire pour le moment
Collection: 
Catégorie: 
Livre
Date de parution: 
26/11/2014
46,00 €
Article attaché: 
Disponible
Livraison en France métropolitaine uniquement.

Librairie la plus proche

Expéditeur

Résumé

Ce manuel complète les ouvrages de droit fiscal et de droit budgétaire. Il a pour but d’expliquer, et pas seulement de décrire, l’origine et l’évolution des normes juridiques et comptables, des institutions nationales et internationales et des politiques financières publiques, par une approche thématique (monnaies, banques centrales, dettes publiques), chronologique (d’Aristote à la Zone euro), comparatiste (États européens, États-Unis, États asiatiques). Après avoir expliqué le rôle qu’ont joué la monnaie et les dettes publiques dans la formation des États, l’ouvrage expose les raisons pour lesquelles des banques centrales ont été créées. Puis est retracé le passage de l’étalon-or aux changes flottants, ainsi que ses conséquences sur les institutions monétaires internationales (dont le FMI et la Zone franc). Le livre fait comprendre les techniques de refinancement des États sur les marchés et le processus par lequel les banques centrales ont été rendues indépendantes. Enfin, après avoir expliqué la construction du système européen des banques centrales et de la Zone euro, il expose les causes de la crise financière née en 2008 et les réformes juridiques en cours.


Caractéristiques

Nombre de pages: 
944
Code ISBN: 
978-2-13-061728-0
Numéro d'édition: 
1
Format
15 x 21.7 cm

Sommaire

Table des matières: 

PREMIÈRE PARTIE : L’invention de la souveraineté monétaire
I – Les thèses sur l’invention de la monnaie
II – L’invention de la monnaie souveraine
DEUXIÈME PARTIE : La naissance de la dette publique
 I – Le système de la rente né de l’interdit de l’usure
 II – La dette publique aux origines des États modernes
 III – Les États territoriaux banqueroutiers
TROISIÈME PARTIE : La création des Banques centrales
 I – Les révolutions de la confiance : Pays-Bas, Suède, Angleterre
 II – Entre le marché et l’État : la Banque de France
 III – La Banque centrale instrument de formation de l’État fédéral : États-Unis et Allemagne
QUATRIÈME PARTIE : Vie, mort et transfiguration de l’étalon-or
 I – Dettes publiques et Banques centrales à la Belle Époque de l’étalon-or
 II – L’intervention des États, sanction de l’échec du premier étalon de change-or : France et Royaume-Uni
 III – L’intervention des États et le paradoxe des Banques centrales indépendantes : États-Unis et Allemagne
CINQUIÈME PARTIE : L’institutionnalisation de la coopération financière internationale
 I – La Banque des règlements internationaux : des dettes allemandes aux règles prudentielles
 II – Le Fonds monétaire international et la Banque mondiale : de la stabilisation des changes à l’assistance financière
 III – La Zone franc : du colonialisme à la coopération monétaires
SIXIÈME PARTIE : De la répression à la libéralisation financières
 I – La « répression financière » : les spécificités de l’expérience française
 II – Le système financier ordo-libéral allemand et la libéralisation financière anglo-saxonne
SEPTIÈME PARTIE : Trente ans de réformes du système financier public français
 I – Le Trésor public, les dettes publiques et les marchés financiers
 II – La Banque de France, le système bancaire et la prévention des risques financiers
HUITIÈME PARTIE : L’euro, monnaie d’une Banque centrale sans État
 I – La construction progressive d’un système sui generis
 II – La stabilisation provisoire d’un système déséquilibré

Autour de l'auteur

Autour de l'ouvrage: 

Rémi Pellet est professeur à l’Université Sorbonne Paris Cité. Il enseigne le droit financier public à la faculté de Droit Paris Descartes depuis 2012 et à Sciences Po Paris depuis 1997. Il a participé aux jurys de l’agrégation de droit public (2011-2012) et de l’ENA (2002 et 2012). Il a été chef du département Trésorerie de l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale (1989-1991), rapporteur à la Cour des comptes (1995-2002) et avocat au barreau de Paris (2004-2008). Il a reçu le prix Charles Dupin de l’Académie des sciences morales et politiques (2006).

Avis et commentaires