Dialogues de l'Idiot. Sur la sagesse et l'esprit - Nicolas de Cues - Epimethée - Format Physique et Numérique | PUF  

Dialogues de l'Idiot. Sur la sagesse et l'esprit

Image: 
Dialogues de l'Idiot. Sur la sagesse et l'esprit
Auteur: 
Aucun commentaire pour le moment
Collection: 
Discipline: 
Catégorie: 
Livre
Date de parution: 
15/06/2011
28,50 €
Article attaché: 
Disponible
Livraison en France métropolitaine uniquement.

Librairie la plus proche

Expéditeur

Résumé

L’« Idiot » est le personnage central de l’ensemble de ces dialogues qui rassemblent deux livres sur la sagesse, un troisième sur l’esprit et un quatrième sur l’usage de la balance comme instrument de mesure universelle. Étymologiquement, le mot signifie « l’homme simple » et « ignorant », au sens où il n’est initié à aucun savoir. Il se reconnaît et se dénomme comme tel, non sans humour et une pointe de provocation badine, mais qui veut incarner avant tout l’ironie socratique.
L’Idiot n’est pas un savant, c’est un petit artisan qui fabrique des ustensiles d’usage courant : des cuillers en bois. Sa science, dit-il, ne se trouve pas dans les livres écrits par les hommes, mais dans le livre de la nature. Porte-parole de Nicolas de Cues, il personnifie la docte ignorance, qui n’est pas un scepticisme mais une nouvelle forme de savoir, un gai savoir pourrions-nous dire, fondé non sur l’érudition livresque mais sur l’expérience directe, un savoir qui se « savoure » – sapientia vient de sapere, se plaît-il à souligner – et non qui se transmet, un savoir qui produit quelque chose et non un savoir stérile.
Ce que l’homme simple proclame sur la place du marché, à Rome, comme jadis Socrate sur l’agora, à Athènes, est qu’il faut distinguer la sagesse, qui est science de ce monde, « science qui enfle » (livres I et II), de la sagesse qui consiste en un savoir intérieur (livre III). Le thème augustinien de la sagesse intérieure, étrangère à celle du monde qui rend orgueilleux, et celui du savoir tiré du grand livre de la nature se superposent sans s’exclure. Ce qui les unit est que la science physique est conjecturale et structurellement utile et féconde. Mais, parce qu’elle est conjecturale, elle peut aussi se convertir à la docte ignorance et devenir trésor de sagesse intérieure et mystique sans, toutefois, se soustraire à son engagement scientifique dans le calcul.

 


Caractéristiques

Nombre de pages: 
272
Code ISBN: 
978-2-13-057970-0
Numéro d'édition: 
1
Format
15 x 21.7 cm

Sommaire

Table des matières: 

Introduction
L’homme simple ou l’idiot
La sagesse
L’esprit
L’esprit de l’homme image de l’esprit de Dieu
La
mens mensura
Le rejet de l’averroïsme
Le pouvoir de l’Un
Le plan

I. — La sagesse. Livre premier.

II. — La sagesse. Deuxième livre.

III. — De l’esprit

IV. — Expériences de la balance

Index
Bibliographie

 

Autour de l'auteur

Autour de l'ouvrage: 

Hervé Pasqua est recteur de l’Institut catholique de Rennes. Ses recherches portent sur le néoplatonisme en général et, en particulier, sur Maître Eckhart et Nicolas de Cues. Il a publié entre autres Maître Eckhart et le procès de l’Un aux éditions du Cerf (2006). Il a traduit, introduit et commenté Du non-autre (1462) (Le Cerf, « Sagesses chrétiennes », 2002) ; La docte ignorance (1440) (Rivages, 2008) ; La Paix de la foi (1453) suivi de la Lettre à Jean de Ségovie (Téqui, 2008) ; Le Coran tamisé (PUF, « Épiméthée », 2011).

 

Avis et commentaires