Citoyen sujet et autres essais d'anthropologie philosophique - Étienne Balibar - Pratiques théoriques - Format Physique et Numérique | PUF  

Citoyen sujet et autres essais d'anthropologie philosophique

Image: 
Citoyen sujet et autres essais d'anthropologie philosophique
Auteur: 
Aucun commentaire pour le moment
Discipline: 
Catégorie: 
Livre
Date de parution: 
05/10/2011
32,50 €
Article attaché: 
Disponible
Livraison en France métropolitaine uniquement.

Librairie la plus proche

Expéditeur

Résumé

Dans les essais qui forment ce livre, la question de la modernité est retravaillée en prenant pour fils conducteurs l’auto-énonciation du sujet (Descartes, Locke, Rousseau, Derrida), la constitution du « nous » communautaire (Hegel, Marx, Tolstoï), l’aporie du jugement de soi-même et des autres (Foucault, Freud, Kelsen, Blanchot). On parvient ainsi à mieux définir la dialectique de l’universalité et des différences à l’époque bourgeoise. Le rapport du commun à l’universel devient un écart politique au sein de l’universel lui-même.
L’ensemble pose la question d’une nouvelle donne pour l’anthropologie philosophique – après la grande « querelle de l’humanisme » qui aura occupé la philosophie du XXe siècle – en termes de mouvements contraires : devenir-citoyen du sujet et du devenir-sujet du citoyen. Le citoyen-sujet qui se constitue dans la revendication du « droit aux droits », ne peut exister sans un envers, qui le conteste et le défie. Il n’est pas seulement rapport social, mais malêtre de ce rapport. Dès lors, l’humain ne peut être institué qu’à la condition de se retrancher de soi-même, dans la forme des « différences anthropologiques » qui assignent normalité et identité comme conditions de l’appartenance. La violence de l’universalité civique-bourgeoise est plus grande, mais aussi moins légitime, que celle des universa-lités théologiques ou cosmologiques. Le droit se fonde sur l’insoumission. L’émancipation tire sa puissance de l’altérité.

 


Caractéristiques

Nombre de pages: 
536
Code ISBN: 
978-2-13-052002-3
Numéro d'édition: 
1
Format
15 x 21.7 cm

Sommaire

Table des matières: 

Avant-propos. — Après la querelle

Ouverture. — Citoyen Sujet
Réponse à la question de Jean-Luc Nancy : « Qui vient après le sujet ? »
Annexe. — Subjectus/subjectum

Première partie. — « Notre vrai moi n’est pas tout entier en nous »
« Ego sum, ego existo » : Descartes au point d'hérésie
« My self » et « my own » : variations sur Locke
Aimances de Rousseau : sur La Nouvelle Héloïse comme traité des passions
De la certitude sensible à la loi du genre : Hegel, Benveniste, Derrida

Deuxième partie. — Être(s) en commun
Ich, das Wir, und Wir, das Ich ist : le mot de l’esprit
Le moment messianique de Marx
Zur Sache selbst. Du commun et de l’universel dans la Phénoménologie de Hegel
Les hommes, les armées, les peuples : Tolstoï et le sujet de la guerre
Le contrat social des marchandises : Marx et le sujet de l’échange

Troisième partie. — Du droit – à la transgression
Juger de soi-même et des autres (sur la théorie politique de l’individualisme réflexif)
Crime privé, folie publique
L’invention du surmoi : Freud et Kelsen 1922
Blanchot l’insoumis (sur le Manifeste des 121)

Fermeture. — Malêtre du sujet : universalité bourgeoise et différences anthropologiques

Index

 

Autour de l'auteur

Autour de l'ouvrage: 

Étienne Balibar, né en 1942, est professeur émérite de philosophie politique et morale à l’Université de Paris Ouest, et Distinguished Professor of Humanities à l’Université de Californie à Irvine. Il a publié récemment Violence et Civilité (Galilée, 2010) et La proposition de l’égaliberté (PUF, 2010).

 

Avis et commentaires