Éthique et gouvernabilité. Un projet pour l'Europe - Claude Gruson - Sociologue (le) - Format Physique et Numérique | PUF  

Éthique et gouvernabilité. Un projet pour l'Europe

Éthique et gouvernabilité. Un projet pour l'Europe
Aucun commentaire pour le moment
Collection: 
Catégorie: 
Livre
Date de parution: 
01/03/1992
24,34 €
Article attaché: 
Disponible
Livraison en France métropolitaine uniquement.

Librairie la plus proche

Expéditeur

Caractéristiques

Nombre de pages: 
272
Code ISBN: 
978-2-13-044381-0
Numéro de tome: 
61
Numéro d'édition: 
1
Format
13.5 x 21 cm

Sommaire

Table des matières: 

          Introduction générale, 11 PREMIÈRE PARTIE

          CHAPITRE PREMIER. — La question éthique, 21

  Introduction, 21

  I . 1. — La visée éthique, 22

      La visée éthique dans la relation à soi-même : l'éthique dans l'action, 22. — La visée éthique dans la relation à l'autre : l'éthique dans l'interaction, 25. — La visée éthique dans la relation au tiers : l'éthique dans l'institution, 28.

  I . 2. — De la liberté dans la visée à l'imposition de la loi

      La valeur, 34. — L'impératif, 36. — La loi, 37.

          CHAPITRE II. — L'éthique dans l'explication weberienne de l'émergence de la société moderne, 40

  Introduction, 40

  II . 1. — a) La société moderne comme rationalisation du monde social, du monde culturel et du monde subjectif (celui de la personne), 43

  II . 1. — b) La complexité du concept de rationalité pratique dans la théorie weberienne de l'action, 44

  II . 1. — c) La rationalisation des images du monde vue dans la théorie weberienne de la culture, 46

  II . 2. — L'éthique protestante selon Weber. Un jugement ultimement critique, 48

  II . 3. — Le paradoxe weberien. Les ambivalences des deux thèses weberiennes du non-sens et de la perte de liberté comme aboutissement inexorable du processus de rationalisation, 51

CHAPITRE III. — Les rapports entre éthique et économie politique vus dans le cadre de la théorie de l'agir communicationnel, 56

  Introduction, 56

            III . 1. — Les options fondamentales communes des théories sociologiques de l'action, 58

            III . 2. — Les divergences principales des théories sociologiques de l'activité sociale, leurs modes respectifs de coordination de l'action, leurs rapports à la société et à l'éthique, 59

            III . 3. — Les trois premiers types possibles de l'activité sociale, leurs modes respectifs de coordination de l'action, leurs rapports à la société et à l'éthique, 61

      L'agir stratégique, 62. — L'agir régulé par les normes, 67. — L'agir expressif, 68.

            III . 4. — Le concept d'agir communicationnel, 70

      Une lecture des "Leçons d'Iéna" de Hegel, 70. — Dans l'agir communicationnel, l'action est orientée vers l'entente, 72. — Dans l'agir communicationnel, l'intercompréhension est le mécanisme coordinateur de l'action, 72. — Dans l'agir communicationnel, la situation d'action est une situation de parole, 74. — Dans l'agir communicationnel, le monde vécu est le contexte et la ressource de l'action. Il est structuré de telle sorte qu'il assure la fonction initiale de la transmission culturelle, de l'intégration sociale et de la socialisation individuelle, 76. — Dans l'agir communicationnel, l'intercompréhension repose explicitement et critiquement sur un système référentiel qui comporte ce qu'on peut appeler le monde objectif, le monde normatif et le monde subjectif, 80. — Dans l'agir communicationnel, aux trois mondes du système référentiel correspondent trois types d'exigences de validité, 85.

            III . 5. — Les rapports entre système et monde vécu dans les sociétés contemporaines, 88

      La société est à la fois monde vécu et système, 88. — Les rapports entre système et monde vécu dans la société moderne, 92.

            III . 6. — L'importance de l'innovation institutionnelle et la dimension éthique du politique dans les sociétés contemporaines, 95 DEUXIÈME PARTIE

  Introduction, 107

          CHAPITRE IV. — Genèse de la rationalité par rapport à une fin, 109

  Le développement corrélatif des systèmes d'information, 109

          CHAPITRE V. — La notion de structure lourde, 114

  1. — Premier exemple de structure lourde : le système d'enseignement, 117

  2. — Deuxième exemple : les systèmes de transport et de production d'énergie, 123

  3. — Troisième exemple : le dispositif de recherche technique dans une entreprise de dimensions limitées, 126

  4. — Les difficultés d'une revue des structures lourdes, 131

          CHAPITRE VI. — Nécessité d'une prévision longue, 134

          CHAPITRE VII. — Les indications du marché. Leur incapacité de répondre à la nécessité de prévoir à horizon long, 136

          CHAPITRE

Avis et commentaires