Épître d'Othéa - Christine de Pizan - Sources - Format Physique et Numérique | PUF  

Épître d'Othéa

Image: 
Épître d'Othéa
Sous-titre: 
Préface de Jacqueline de Cerquiglini-Toulet. Traduction de Hélène Basso
Auteur: 
Aucun commentaire pour le moment
Collection: 
Discipline: 
Catégorie: 
Livre
Date de parution: 
12/11/2008
46,00 €
Article attaché: 
Disponible
Livraison en France métropolitaine uniquement.

Librairie la plus proche

Expéditeur

Résumé

Vers 1460, sans doute à Bruges, un copiste et un enlumineur réalisent pour Antoine, Grand Bâtard de Bourgogne, célèbre bibliophile au modèle de son père Philippe Le Bon, une magnifique version d'un texte écrit soixante ans plus tôt par la première femme écrivain professionnel en français, Christine de Pizan. Cette épître est la lettre d'une femme, Othéa, déesse de la prudence, derrière laquelle se cache l'auteur. Le texte enseigne à un jeune chevalier de quinze ans, son métier et ses devoirs moraux et spirituels. Il s'agit de cent histoires de Troie, au double sens du mot histoire au Moyen Âge, à la fois récit et image. Il constitue ainsi un miroir de l'éducation des princes, tout autant qu'un dictionnaire de mythologie.


L'ouvrage représente un exceptionnel ensemble de textes et de miniatures, d'une grâce touchante, qui fixent dans l'oeil et dans la mémoire les souvenirs de la fable antique et de l'enseignement chrétien.


Caractéristiques

Nombre de pages: 
496
Code ISBN: 
978-2-13-056458-4
Numéro d'édition: 
1
Format
19 x 28 cm

Sommaire

Table des matières: 

Ouvrage en 2 volumes présentés sous coffret illustré.


Volume I -- Préface de Jacqueline Cerquiglini-Toulet : Penser / voir. L'oeil et l'esprit du XVe siècle  --  Bibliographie  --  Manuscrit Bodmer  --  Fac-similé du manuscrit enluminé


Volume II -- Lettre d'Othéa, déesse de prudence, à un jeune chevalier, Hector. Traduction et adaptation en français moderne par Hélène Basso  --  Principes de traduction  --  Table des textes raisonnée  --  Textes

Autour de l'auteur

Autour de l'ouvrage: 

Christine de PIZAN (1365-1430), jeune veuve avec trois enfants, a décidé de "mettre la main à la plume" pour s'assurer quelques ressources. Elle commence par des poèmes puis poursuit par des oeuvres plus ambitieuses, des épîtres sur des sujets variés, et c'est pourquoi elle est communément considérée comme la première femme de lettres vivant de sa plume.

Avis et commentaires