Éducation et judaïsme, entre profane et sacré - Henri Infeld - Lectures du judaïsme - Format Physique et Numérique | PUF  

Éducation et judaïsme, entre profane et sacré

Image: 
Éducation et judaïsme, entre profane et sacré
Auteur: 
Aucun commentaire pour le moment
Discipline: 
Catégorie: 
Livre
Date de parution: 
09/03/2011
14,50 €
Article attaché: 
Disponible
Livraison en France métropolitaine uniquement.

Librairie la plus proche

Expéditeur

Résumé

Pour le judaïsme, chantre de l’Unicité divine, toute dichotomie est entièrement due à la perception humaine, puisque dans l’absolu, toute réalité est obligatoirement Une. Aussi, le profane et le sacré, loin de constituer des pôles figés dans une opposition irrémédiable, reflètent uniquement le ressenti subjectif d’une absence ou d’une présence divine.
Dans cet ordre d’idée, « enseignement profane » définit la transmission d’un savoir où Dieu est absent. Absence qui n’est cependant pas définitive, puisque toute science désigne également une affiliation à Dieu. C’est cette opinion-là qui, globalement, sera retenue par tous ceux, de Maïmonide à Hirsch en passant par le Maharal et le Gaon de Vilna, qui, au cours des âges, prôneront l’intégration du savoir profane dans l’enseignement juif.
Seulement voilà, de profane à profanation, il n’y a qu’un pas rapidement franchi. Le savoir profane, qui décrit une réalité indépendante de toute volonté divine, ne risque-t-il pas d’induire un ‘hillul, un processus visant à établir un monde vide de Dieu ? Dès lors, pourquoi délaisser les quatre coudées sécurisantes de la hala’ha pour s’engager dans des voies semées d’embûches ? Ces considérations seront à la base des points de vue défendus par ceux qui, à l’exemple du Rachba, ibn Gabbay, le ‘Hatam Sofer et de nombreuses autorités rabbiniques contemporaines, s’opposeront à l’insertion des « sciences extérieures » dans l’éducation juive.
Survolant 2 000 ans de confrontation entre éducation religieuse et savoirs laïcs, cet ouvrage offre donc de restituer toute la richesse contenue dans ces diverses opinions élaborées par les penseurs juifs d’hier et d’aujourd’hui.


 


Caractéristiques

Nombre de pages: 
244
Code ISBN: 
978-2-13-058858-0
Numéro d'édition: 
1
Format
11.5 x 17.6 cm

Sommaire

Table des matières: 

Avant-propos

Introduction

Première partie. — Talmud et sciences grecques

Deuxième partie. — Les grandes controverses
Prologue
I. Maïmonide
II. La première dispute maïmonidéenne (1180-1232)
III. La seconde controverse (1300-1306)
IV. L’expulsion d’Espagne

Troisième partie. — La Renaissance ou le temps des ghettos
I. Espoirs déçus    
II. Le Maharal de Prague (1512-1609)
III. Le Maharal et les sciences
IV. L’Europe occidentale

Quatrième partie. — Le siècle des Lumières
I. Les grands bouleversements
II. Rabbi Eliyahou, Gaon de Vilna (1720-1797)
III. L’émancipation     
IV. Le judaïsme italien      
V. La Haskala       
VI. Rabbins et Haskala
VII. Le ’hassidisme et la Haskala
VIII. Rabbi Tsadok Hacohen de Lublin (1823-1900)
IX. Rabbi Samson Raphaël Hirsch (1808-1888)

Cinquième partie. — Terre Sainte
I. Ancien et Nouveau Yichouv
II. Rav Avraham Isaac Hacohen Kook

Sixième partie. — L’époque contemporaine
I. Les mutations
II. L’enseignement séculier aujourd’hui

Postface

Bibliographie


 

Autour de l'auteur

Autour de l'ouvrage: 

Formé à la Yechiva (École talmudique) de Montreux (Suisse) dans un premier temps, puis à la Yechiva de Beer Yaacov (Israël) dirigée par le Rav Shlomo Wolbe, Henri Infeld embrassa le monde des affaires qu’il combina avec l’étude de la Torah. Inspiré par l’enseignement du Maharal, par celui des grands Maîtres ‘hassidiques ainsi que par les écrits de Rav Yitz'hak Hutner, Henri Infeld, aujourd’hui installé à Jérusalem, est l’auteur de publications qui reflètent ces écoles de pensée : La Thora et les sciences (Galia, 1990), Ktav Ivri – Ktav Achouri (Feldheim, 2008), Torat HaGra Oumichnat Ha’Hassidout (Mossad Harav Kook, 2010).

Site de l'auteur : http://infeld.info


 

Avis et commentaires