À l'origine du savoir-faire épistolaire de Mme de Sévigné - Cécile Lignereux - CNED - Format Physique et Numérique | PUF  

À l'origine du savoir-faire épistolaire de Mme de Sévigné

Image: 
À l'origine du savoir-faire épistolaire de Mme de Sévigné
Sous-titre: 
Les Lettres de l'année 1671
Auteur: 
Aucun commentaire pour le moment
Collection: 
Discipline: 
Catégorie: 
Livre
Date de parution: 
10/10/2012
19,50 €
Article attaché: 
Disponible
Livraison en France métropolitaine uniquement.

Librairie la plus proche

Expéditeur

Résumé

En 1671, au moment où Mme de Grignan quitte sa mère pour aller vivre en Provence avec son époux, Mme de Sévigné découvre non seulement l’intensité exceptionnelle de ses sentiments mais encore la difficulté à les communiquer. Aussi attentive à lutter contre le conformisme des pratiques de civilité qu’à promouvoir une authentique intimité des cœurs malgré la distance, la marquise fait alors le pari d’inventer un protocole épistolaire adapté à ses exigences affectives. N’hésitant pas à assigner à la correspondance de nouvelles règles, Mme de Sévigné expérimente ainsi un art de plaire dont la puissance de séduction ne peut être restituée qu’à condition de le confronter à ses possibilités d’expression et à ses marges d’innovation – son style résultant d’un mode d’appropriation original des modèles culturels en vigueur. Conforme aux idéaux de l’esthétique galante mais infléchi et modulé en fonction de la relation singulière qui unit les deux correspondantes, le savoir-faire épistolaire de Mme de Sévigné apparaît en définitive comme le moyen d’accéder à ce degré de sublimation de soi qui rend possible l’art de remotiver les valeurs et les pratiques de la sociabilité mondaine.

 


Caractéristiques

Nombre de pages: 
160
Code ISBN: 
978-2-13-060690-1
Numéro d'édition: 
1
Format
14.5 x 20 cm

Sommaire

Table des matières: 

Première partie. – Cours

Introduction

I. La distinction des sentiments
La prudence énonciative
La rigueur lexicale
L’anatomie morale
La confession de l’idolâtrie

II. L’adéquation au modèle de l’amitié tendre
La définition d’un art d’aimer
Les protestations de sensibilité
Les témoignages d’affection
La mise en scène de la vulnérabilité

III. La régulation des passions
La canalisation du pathos
La maîtrise du registre élégiaque
La délicatesse des conseils

IV. L’apprentissage d’une communication authentique
Un style délibérément négligé
La déformalisation du dialogue épistolaire
L’instauration de la confidentialité

Conclusion

Seconde partie. – Exercices

Dissertation
Introduction
Un indéniable « effet » littéraire
Une correspondance authentique qui n’obéit à aucun « projet » littéraire
Une postérité liée à l’évolution de la notion de « littérature »
Conclusion

Leçon. Le plaisir d’écrire
Le plaisir pris à la conversation des absents
La prolixité d’une épistolière s’abandonnant au plaisir de causer
Le plaisir d’écrire, élément stratégique de la relation

Étude littéraire. Lettre du 10 juin 1671 (I, 268-271)
Introduction
Le cadre générique de la lettre familière
Le surgissement maîtrisé des tourments maternels
L’art de bien dire des bagatelles

Étude grammaticale et stylistique. Lettre du 24 mars 1671
Morphosyntaxe : les emplois de que (de la l. 8 à la fin du texte)
Stylistique : formes et enjeux du registre élégiaque

Explication de texte et question de grammaire. Lettre du 9 février 1671
Explication de texte
Question de grammaire : l’infinitif (l. 1 à 24)

Bibliographie commentée

 

Autour de l'auteur

Autour de l'ouvrage: 

Cécile Lignereux est maître de conférences en langue et littérature françaises à l’université Stendhal – Grenoble 3.

 

Avis et commentaires