« La neblina del ayer » de Leonardo Padura, ou le principe d'incertitude - Anne Gimbert - CNED - Format Physique et Numérique | PUF  

« La neblina del ayer » de Leonardo Padura, ou le principe d'incertitude

Image: 
« La neblina del ayer » de Leonardo Padura, ou le principe d'incertitude
Auteur: 
Aucun commentaire pour le moment
Collection: 
Discipline: 
Catégorie: 
Livre
Date de parution: 
11/11/2010
19,00 €
Article attaché: 
Disponible
Livraison en France métropolitaine uniquement.

Librairie la plus proche

Expéditeur

Résumé

Avec Mario Conde, Leonardo Padura crée un personnage qui lui ressemble et qui exprime ses préoccupations face à la réalité cubaine. Dans La neblina del ayer, cet ancien enquêteur devenu acheteur de livres anciens mais n'ayant rien perdu de son infaillible instinct, découvre une fameuse bibliothèque au cœur d'une Havane apocalyptique. Miroir du passé, cette bibliothèque séquestre des trésors de la littérature et des lettres inédites, et sera le point de départ de la quête d'un homme qui ne poursuit plus de délinquants mais se cherche lui-même, avec pour prétexte le mystère d'une envoûtante artiste des années 1950, qui mieux que toute autre chantait des boléros, expression dérisoire de la tragédie de l'existence.
Cet ouvrage propose une lecture de La neblina del ayer à travers ses points forts : la bibliothèque, le boléro, la quête œdipienne et l'épistolaire, quatre champs d'observation hantés par le doute, la culpabilité et l'incertitude, pour analyser un état de crises — celle de Mario Conde, parvenu à la moitié de sa vie et à l'heure des bilans, cherchant refuge dans un passé mythifié, et celle d'un pays qui a abandonné la quête de l'illusoire et inaccessible idéal révolutionnaire.


 


Caractéristiques

Nombre de pages: 
176
Code ISBN: 
978-2-13-058184-0
Numéro d'édition: 
1
Format
14.5 x 20 cm

Sommaire

Table des matières: 

Introduction

PREMIÈRE PARTIE. — DU CHEVALIER AU COMTE : GÉNÉALOGIE ET HISTOIRE D'UN FLIC
I. Roman policier et neopolicial
II. Le cas cubain
Le « policier révolutionnaire »
Leonardo Padura
Mario Conde et ses premières enquêtes
III. L’écriture du désenchantement dans Las cuatro estaciones
IV. Mario Conde : portrait-robot d’un antihéros
V. Mario Conde : un personnage en quête de vocation littéraire

SECONDE PARTIE. — DÉPRESSION À LA HAVANE
I. Des « seuils » et des énigmes
Le titre
Les intertitres
La dédicace
Les épigraphes
Les divisions du texte
II. La bibliothèque : l’invitation aux voyages
Les bibliothèques : miroirs de l'histoire
La Havane
Les demeures : dis-moi où tu vis
III. Œdipe à La Havane
Mario Conde : de crise en crise
Mario Conde au pays des remords
Adiós Salinger
Œdipe au féminin
IV. Lettres en souffrance
La fidélité à la communication épistolaire
Le lecteur et son statut
L'enquêteur et ses échecs
Les lettres et la quête de sens
Les lettres : chronique « en temps réel »
Alcides, celui qui ne lira jamais les lettres
V. Le boléro
Le boléro : variations sur un tempo
Le boléro : les femmes, la femme

Conclusion

Bibliographie


Autour de l'auteur

Autour de l'ouvrage: 

Anne Gimbert est maître de conférences en espagnol à l'Université du Maine (Le Mans) et membre du laboratoire de recherches 3L.AM.


 

Avis et commentaires