Jean-Bertrand Pontalis : Livres et Livres Numériques (Ebook) - Bibliographie | PUF  

Jean-Bertrand Pontalis

En savoir plus

En savoir plus: 

Cet article provient du Dictionnaire des philosophes, sous la dir. de Denis Huisman, 2e édition revue et augmentée, Paris, PUF, 1993.
Mise à jour prévue.


PONTALIS Jean-Bertrand, né en 1924 


Né à Paris, J.-B. Pontalis fait ses études secondaires aux lycées Pasteur et Henri-IV. Ensuite, il s’oriente vers des études de philosophie à la Sorbonne. Agrégé en 1949, il est enseignant à Alexandrie (Égypte), Nice, puis Orléans où il enseigne en classe de lettres supérieures. En 1954, il entre au cnrs où il va faire une longue carrière d’abord comme attaché, puis chargé, enfin maître de recherche. Il quittera cette fonction dont il démissionne en 1978 pour se consacrer à l’édition... et à la psychanalyse.


J.-B. Pontalis en effet a suivi une formation psychanalytique à l’ex-Société française de Psychanalyse où il a travaillé avec Lacan, Lagache... Il est membre de l’Association psychanalytique de France.


En tant qu’auteur, J.-B. Pontalis s’est attaché, à la demande de D. Lagache et en collaboration avec J. Laplanche, à la rédaction du Vocabulaire de psychanalyse qui est une tentative de généalogie des concepts de la psychanalyse et une tentative d’articulation entre eux. Il s’agit d’une recherche sur la “ langue ”, sur le langage de la psychanalyse tel qu’il pouvait apparaître comme constitué et utilisé par les psychanalystes. Ce Vocabulaire, qui n’est en rien un lexique, est un moyen pour les auteurs d’entrer dans l’œuvre de Freud. On y découvre l’ensemble des concepts que la psychanalyse a progressivement élaborés pour rendre compte de ses découvertes spécifiques. Les notions d’investissement, de libido, d’économique y sont longuement développées. Par contre, des notions comme celles d’amour ou de rêve n’y figurent pas.


Ce travail dans lequel Pontalis monte comment il est entré dans l’œuvre de Freud avait été précédé de la rédaction d’un ouvrage Après Freud qui permettait à l’auteur à la fois de découvrir la psychanalyse et de s’y situer. Dans ce livre, Pontalis montre à travers des études portant sur des auteurs la voie permettant de sortir de la philosophie sartrienne qui reste prisonnière du “ cogito ” et d’une perception de l’homme pensé comme sujet conscient et comme agent (social, économique).


En 1977, paraît Entre le rêve et la douleur qui est une confrontation de l’œuvre au travail psychanalytique. Entre le rêve et la douleur, c’est ce qui pourrait définir le champ de l’expérience psychanalytique, à savoir une oscillation permanente entre ce qui peut se dire ou se représenter et ce qui doit se taire ou se crier pour être entendu. Il y a du non-dit qui n’est pas simple gommage de ce qui se serait dit ailleurs ou autrefois. Le rêve, prototype des formations de l’inconscient, permet aux vœux contradictoires de l’enfance de s’accomplir et de se donner à déchiffrer. Le rêve est un objet d’angoisse et de ravissement, de nostalgie et d’analyse. Par contre, la douleur brouille les frontières. du corps et de la psyché. La douleur se trouve à la fois aux limites de l’analyse et en son centre même : même absente de notre parole, elle est là comme une brèche colmatée que l’épreuve du deuil ou de la folie risque toujours de rouvrir. Ce livre contribue à renouveler l’intuition freudienne, à savoir celle d’une pluralité d’espaces psychiques aux frontières mouvantes. La psychanalyse y apparaît comme le “ royaume intermédiaire ” : entre le masculin et le féminin, le rêve et le phantasme, l’enfant et d’adulte, la vie et la mort, l’absence et la présence...


J.-B. Pontalis qui est aujourd’hui membre du comité de lecture des Éditions Gallimard a publié également deux romans : L’enfance d’un autre et Loin. Il a lancé en 1980 une nouvelle revue : Le Temps de la réflexion.


 


l Après Freud, Julliard, 1965, 2e éd. augmentée, Gallimard, 1968 ; Vocabulaire de la psychanalyse (en collaboration avec J. Laplanche), puf, 1967, 2e éd., 1992 ; Entre le rêve et la douleur, Gallimard, 1977 ; L’enfance d’un autre, Table ronde, 1961 ; Loin, Gallimard, 1980 ; Perdre de vue, Gallimard, 1988 ; La force d’attraction, Seuil, 1990.


Rémi Hess