Claude Bernard : Livres et Livres Numériques (Ebook) - Bibliographie | PUF  

Claude Bernard

Bibliographie de Claude Bernard

En savoir plus

En savoir plus: 

Cet article provient du Dictionnaire d’histoire et philosophie des sciences, sous la dir. de Dominique Lecourt, 4e édition revue et augmentée, Paris, PUF, coll. “ Quadrige/Dicos poche ”, 2006.


BERNARD Claude, 1813-1878


Fils d’un vigneron de Villefranche-sur-Saône, Claude Bernard entre, pour gagner sa vie, comme employé d’officine chez un pharmacien de Lyon. Il a des ambitions littéraires. Mais lorsqu’il “ monte ” à Paris, il commence des études de médecine. Externe, puis interne, il entre comme préparateur dans le service de Magendie au Collège de France. Docteur en médecine en 1843, sa thèse s’intitule : Du suc gastrique et de son rôle dans la nutrition. Ayant échoué à l’agrégation de médecine en 1844, il se consacre au laboratoire. En 1847, il est nommé suppléant de Magendie. Il lui succédera en 1855. Georges Canguilhem l’a désigné comme un “ physiologiste philosophe ”. Son œuvre témoigne de cette unité dans une même pensée d’une réflexion épistémologique et méthodologique sur les sciences et d’une pratique scientifique .qui lui permet d’ouvrir le champ de la physiologie expérimentale.


Son œuvre scientifique est considérable. Il découvre les fonctions des glandes digestives, la fonction glycogénique du foie, les nerfs vasomoteurs, les lois de la fermentation. Il fait la théorie de la chaleur animale et de l’action des poisons sur l’organisme.


Claude Bernard contribue de façon décisive à l’élaboration de la notion de milieu intérieur. Dans l’Introduction à l’étude de la médecine expérimentale (1865), outre une présentation des méthodes appropriées à la médecine et à la physiologie, il développe des conceptions générales de philosophie des sciences. Il introduit dans le vocabulaire de l’épistémologie le. mot de “ déterminisme ” dans son sens moderne.


 


l Rapport sur les progrès et la marche de la physiologie générale en France, Imprimerie Impériale, 1867. — Philosophie, Paris, Boivin, 1913. — Principes de médecine expérimentale, Paris, puf, 1947. — Cahier de notes 1850-1860, Paris, Gallimard, 1965. — Introduction à la médecine expérimentale, Paris, Flammarion, 1966. — Leçons sur les phénomènes de la vie communs aux végétaux et aux animaux, Paris, Vrin, 1966. — Dictionnaire de la pensée médicale, sous la direction de D. Lecourt, 2004, 2e rééd., Paris, Quadrige/puf, 2006.


 


u Brillouin L., Vie, matière et observation, Paris, Albin Michel, 1959. — Canguilhem G., Études d’histoire et de philosophie des sciences, Paris, Vrin, 1975 ; La connaissance de la vie, Paris, Vrin, 1975 ; Idéologie et rationalité dans l’histoire des sciences de la vie, Paris, Vrin, 1977. — Canguilhem G., Lapassade G., Piquemal J. & Ulmann J., Du développement à l’évolution au xixe s., Paris, puf, 1985. — Grmek M. D., Raisonnement expérimental et recherches toxicologiques chez Claude Bernard, Paris, Droz, 1973. — Jacob F., La logique du vivant, Paris, Gallimard, 1970. — Michel J. dir., La nécessité de Claude Bernard, Paris, Méridiens-Klincksieck, 1991. — Prochiantz A., Claude Bernard. La révolution physiologique, Paris, puf, 1990. — Schiller J., Claude Bernard et les problèmes scientifiques de son temps, Paris, Le Cèdre, 1967.


 


Dominique Lecourt