Étienne Souriau : Livres et Livres Numériques (Ebook) - Bibliographie | PUF  

Étienne Souriau

En savoir plus

En savoir plus: 

Cet article provient du Dictionnaire des philosophes, sous la dir. de Denis Huisman, 2e édition revue et augmentée, Paris, PUF, 1993.


SOURIAU Étienne, 1892-1979 


Philosophe français, né à Lille, fils de Paul Souriau. Agrégé de philosophie (no 1) en 1920, il enseigne aux lycées de Sarreguemines, puis de Chartres. Docteur ès lettres en 1925, il commence à Aix-en-Provence, comme son père, sa carrière d’enseignement supérieur. En 1929 il passe à l’Université de Lyon, et en 1941 à la Sorbonne, où en 1945 il succède à Charles Lalo dans la chaire d’esthétique. Président de la Société française d’Esthétique, directeur de la Revue d’Esthétique, président du Comité international pour les Études d’esthétique, il dirige les travaux du Vocabulaire d’esthétique. Élu en 1958 à l’Académie des Sciences morales et politiques. Mort à Paris en 1979.


L’ensemble de son œuvre, d’une totale indépendance d’esprit, et anticipant souvent sur des courants d’idées qui ne trouveront audience que des années plus tard, est dominé par le concept d’instauration : ensemble des processus qui aboutissent à poser un être dont soient incontestables la présence, la fermeté d’existence, l’autonomie. Ce concept donne son unité foncière à une œuvre apparemment divisée en ouvrages de philosophie générale et ouvrages d’esthétique ; car les problèmes de philosophie générale, abordés en relation avec une réflexion sur l’art, y trouvent l’exemple le plus direct d’une pensée créatrice et instauratrice.


Dès 1925 Étienne Souriau étudie les rapports structuraux et fonctionnels dans la vie affective (L’abstraction sentimentale, où les observations sur la mémoire affective devancent de deux ans Le temps retrouvé de Proust) et dans la vie intellectuelle et active (Pensée vivante et perfection formelle, qui trouve surtout des lecteurs en Allemagne et précède de deux ans Sein und Zeit de Heidegger). Dans L’instauration philosophique (recherche d’une philosophie des philosophies) la réflexion sur l’œuvre philosophique, ou philosophème, et sur ses structures architectoniques, y fait découvrir des lois homologues de certains principes qui structurent des œuvres d’art, musicales, littéraires : loi du point de vue, loi d’opposition significative, loi de médiation, loi d’évasion dynamique, loi de redoublement... Les différents modes d’existence (existence phénoménale, réique, virtuelle...) convergent comme “ traces ombrales d’une surexistence ”, l’Ombre de Dieu. La Correspondance des arts permet de déceler par des procédés objectifs, à travers la variété des “ qualia sensibles ” où elles s’incarnent, des formes communes ; la combinatoire permet de rendre raison des Deux cent mille situations dramatiques par un petit nombre de fonctions dramaturgiques, décelables d’ailleurs aussi dans la vie (on connaît l’influence de cet ouvrage sur le structuralisme esthétique). L’instauration de la personne, déjà étudiée dans Avoir une âme, la synthèse de la réflexion sur l’art et de la réflexion sur la vie, aboutissent à la morale esthétique de La couronne d’herbes. Le testament philosophique d’Étienne Souriau, L’avenir de la philosophie, qui fait écho à un de ses premiers ouvrages, L’avenir de l’esthétique, achève l’entreprise d’une philosophie des philosophies, toujours tournée vers l’avenir.


 


l L’art instaurateur, Paris, Union générale d’Éditions, 1980, “ 10/18 ”. Principaux livres : L’abstraction sentimentale, 1re éd., 1925 ; 2e éd., Paris, puf, 1951 ; Pensée vivante et perfection formelle, 1re éd., 1925 ; 2e éd., Paris, puf, 1952 ; L’avenir de l’esthétique, Paris, puf, 1929 ; Avoir une âme, Paris, Belles-Lettres, 1939 ; L’instauration philosophique, Paris, puf, 1939 ; Les différents modes d’existence, Paris, puf, 1943 ; La correspondance des arts, Paris, Flammarion, 1re éd., 1947 ; 2e éd., 1969 ; Les deux cent mille situations dramatiques, Paris, Flammarion, 1959 ; L’ombre de Dieu, Paris, puf, 1955 ; Clefs pour l’esthétique, Paris, Seghers, 1970 ; La couronne d’herbes, Paris, Union générale d’Éditions, 1975, “ 10/18 ” ; et deux ouvrages posthumes : L’avenir de la philosophie, Paris, Gallimard, 1982, et L’acte poétique (inachevé).


 


® Numéro spécial de la Revue d’Esthétique, consacré à E. Souriau.


Anne Souriau